IT.CAN Newsletter/Bulletin
September 21, 2017/21 septembre 2017

Taxes and Fees By Any Other Name…

Court refuses to certify class action regarding e-tickets for airfare

In Simsek v. United Airlines, Inc., the British Columbia Court of Appeal heard an appeal from a decision by a Chambers judge refusing to certify a class action alleging that the defendant airlines (United, British Airways, Delta, Lufthansa and Air Canada) had been unjustly enriched. The dispute centred around the airlines’ entitlement to include fuel surcharges in ticket prices (“purportedly to deal with the volatility of fuel prices” as Justice Groberman, writing on behalf of a unanimous panel, wryly observed). On electronic tickets which were sold directly to consumers by airlines, the fuel charges were broken out as a specific line item in the list of charges which made up the overall price of the ticket. While this information was provided to travel agents by the airlines, however, some travel agents did not pass it on to people who purchased air tickets from them; rather, these travel agents provided e-tickets in which the fuel surcharges were characterized as being part of “taxes and fees.” This practice arose from an uneven transition between different computerized coding techniques used by the air industry.

The representative plaintiffs had each bought tickets of this sort from travel agents. They claimed that identifying the fuel surcharges as “taxes and fees” when they were, in fact, simply extra charges imposed by the airlines, was a deceptive practice and breached the Business Practices and Consumer Protection Act. Alternatively, they claimed that the airlines were being unjustly enriched:

The plaintiffs’ claims in unjust enrichment are based on the proposition that the ticket receipts that they received from their travel agents constituted an essential part of their contract with the airline. They say that the airline was entitled, under that contract, to keep amounts shown as airline charges, but had no entitlement to retain either taxes or third party fees. In retaining amounts shown as “taxes” or “taxes and fees”, the airlines have been unjustly enriched. The passengers, they argue, are entitled to reimbursement for such amounts.

The Chambers judge dismissed the motion for certification of the claim on both grounds, and on appeal the plaintiffs abandoned the claim based on statutory breach and proceeded solely on the unjust enrichment claim.

The Court of Appeal determined that the unjust enrichment claim could not be certified for two reasons. First, the claims were not pleaded with sufficient particularity. While it appeared that the plaintiffs were relying on their travel agent receipts as constituting the contract, the evidence indicated that the airlines incorporated conditions of carriage into their agreements with passengers and it was not clear that the receipts—which did not necessarily contain the conditions of carriage—were actually contractual documents. Moreover, while the receipts could be said to mislabel the fuel surcharges as “taxes and fees” it was not clear that this was the actual contractual understanding, given that the airline coding on the tickets did separate them out. More elaboration of the pleadings would be necessary for the cause of action to be made out.

Second, Justice Groberman held that the issue of whether the airlines had actually engaged in the kind of airfare pricing alleged, which was the linchpin of the claim, was not a sufficient “common issue” to sustain certification. The means and ways by which the plaintiffs purchased their tickets varied a great deal, as did the details of the ticket receipts which were supplied to them by the travel agents or bulk ticket sellers through which they purchased the tickets. It was not clear that any of these companies could have been said individually to act as an agent of the airlines. The evidence before the court would not even sustain a narrowing of the claims in order to craft a sufficiently definable common issue. In the result, the appeal was dismissed.

Tech Use Resolves Credibility Problems

Judge in sexual assault case weighs Facebook, cell phone use in assessing witness credibility

In R. v. Hovey, the accused was charged with sexual assault, sexual touching, assault and theft as regarded the complainant, who was 14.5 years old at the salient time. The accused and the complainant told starkly different stories about their personal interactions, though both agreed that the complainant had spent a fair bit of time with the accused and his friends in his parents’ basement, which the court described as a “drug flophouse.” The complainant, who had significant drug addiction issues, testified that she had a sexual relationship with the accused that was essentially based around her having sex with the accused in exchange for drugs. On one occasion she had not consented to the sexual activity that took place. Their relationship ended one morning when the accused found texts on her phone that suggested she would cheat on him, at which point he took her phone and threw her out; he later hacked into her phone. The accused testified that the complainant was someone who just hung around his place and denied any sexual contact. He did not pay attention to her age as he was not sexually attracted to her, though he felt she seemed to fit in with the overall group (who were all in the 18-25 range), and he believed her Facebook page which stated that she was 18. The breakup incident occurred because he found texts on her phone indicating that she was conspiring with another person to get mace and use it to rob the accused, and he denied taking her phone, suggesting rather that she had left it in his apartment.

In the result the accused was acquitted because of significant credibility problems on the part of the complainant, stemming chiefly from her addiction problems. Of interest here is that, in assessing the credibility of both the complainant and the accused, the trial judge took into account aspects of their everyday technology use. In determining whether the accused had knowledge of the complainant’s actual age, the judge noted that the accused’s expressed disinterest in the complainant’s age was “inconsistent with Mr. Hovey’s evidence that he investigated S.M.’s Facebook page, found her stated birthday, calculated her current age, and remembered even at trial that the page said her birthday was in June.” Moreover, the accused’s version of the breakup events was not believable:

In the court’s experience no young woman, either 14 or 18 would have willingly left Mr. Hovey’s house without her cell phone. This phone was her only means of contact with her mother, her only access to her Facebook page, and presumably, her only means of contacting her drug dealer or friends. For S.M. this phone would have been her lifeline. I do not believe she would have willingly left it with Mr. Hovey. This is bolstered by the fact that S.M.’s initial complaint to the police was an effort to retrieve her phone from Mr. Hovey, and not a disclosure of their intimate relations. That is, S.M.’s initial approach to the police was not to get Mr. Hovey in trouble, but to force him to give back her phone.

Competition tribunal’s decision to not hear “scraping” and “crawling” case upheld

Company alleged competitor engaged in anti-competitive conduct and abused copyright claims

The Federal Court of Appeal, in CarGurus, Inc. v. Trader Corporation, has dismissed an appeal brought by an online advertisement aggregator arising from a competition Tribunal Decision that denied leave to formally bring its against a competitor under the Competition Act.

The Appellant, CarGurus, is a Massachusetts company operates a “Digital Marketplace” for car advertising. It acquires and aggregates advertisements for new and used cars from vehicle manufacturers, automobile dealers, private sellers, and the other marketplaces. Some marketplaces are also in the business of providing or syndicating these ads to other marketplaces. The respondent is the operator of AutoTrader, another digital marketplace that also creates ads on behalf of car dealerships. Their employees of contractors visit dealerships, take photos and complete the particulars for car ads that appear on both the dealer’s own website and on AutoTrader. AutoTrader may also syndicate these ads to other marketplaces.

Prior to June 2015, CarGurus had been acquiring advertisements from the AutoTrader site to place on its own site. In response to dealers’ complaints, AutoTrader sent CarGurus a letter demanding that they cease “scraping” or “crawling” the site to take its advertisements. AutoTrader claimed it owned the copyright to the photos of the vehicles. The cease and desist letter also included a draft syndication agreement whereby CarGurus could license the AutoTrader ads. CarGurus rejected the draft agreement and claimed that it would have prevented it from effectively competing with AutoTrader in the Canadian market.

In December 2015, AutoTrader sued CarGurus for copyright infringement in the Ontario Superior Court of Justice and ultimately prevailed (see Trader v. CarGurus, 2017 ONSC 1841). In the meantime, CarGurus commenced a proceeding before the Competition Tribunal. Under the Competition Act, CarGurus claimed that AutoTrader “engaged in anticompetitive conduct, including refusing to licence Trader’s Vehicle Listings to CarGurus on the usual trade terms, instructing third parties not to deal with CarGurus, and improperly asserting copyright.”

Before the Tribunal, CarGurus claimed a number of harms caused by AutoTrader:

[10] CarGurus had argued that removal of the Trader photographs and its inability to display the Trader Vehicle Listings led to less traffic and was generating less leads to dealers, which has negatively affected its revenue realization. More particularly, CarGurus had submitted to the Tribunal that: 1) the number of multiple leads CarGurus can generate for dealers has diminished significantly; 2) CarGurus has lost 60% of leads for dealers whose Vehicle Listings are related to Trader; 3) CarGurus has lost approximately 25% of its overall lead volume; 4) CarGurus’ conversion rate (i.e. the percentage of visitors to the CarGurus website who contacted at least one dealer about a car for sale) has decreased by 16%; and 5) detailed views of CarGurus’ pages have dropped by 31%, leading to a corresponding 31% drop in advertising revenues.

The claimed harms were rejected by the Competition Tribunal and leave was not granted to proceed to a full hearing.

Appeals to the Federal Court of Appeal from the Tribunal can only be on questions of law unless it grants leave to engage in questions of fact. The appeal court is bound by the factual determinations made by the Tribunal. The Appellant attempted to frame its first ground of appeal as a mixed question of fact and law. It claimed that the Tribunal misapprehended the evidence put forward regarding AutoTrader’s market share. This was rejected as a question of fact:

[17] Whatever the merit of this argument, there is no doubt in my mind that the question of whether Trader controls 42.5% of the upstream market is a pure question of fact. There is no legal component in the alleged error made by the Tribunal. As such, this issue is not properly before us, as subsection 13(2) of the Competition Tribunal Act requires leave of this Court in order for it to engage with questions of fact. Even if the first question could somehow be characterized as a question of mixed fact and law, it would be of no help to the appellant as this Court is bound by the findings of facts of the Tribunal.

CarGurus also alleged that the Tribunal misapplied the appropriate test and threshold for leave decisions. The Court of Appeal found the Tribunal’s conclusion was reasonable and dismissed the overall appeal.

Ontario Commissioner releases guidance on reporting health information privacy breaches

Guidance follows amendments to the provinces health information statute

Ontario’s Personal Health Information Protection Act was at the vanguard of legally requiring notices of security breaches to the affected individual. The legislature has amended the statute to require that custodians notify the Information and Privacy Commissioner of Ontario as well in the event of certain kinds of breaches. To help prepare for the coming into effect of the amendment on October 1, 2017, the Commissioner has just issued breach reporting guidelines for the health sector.

In particular, seven categories of breaches are described by the Commissioner:

  1. If personal health information is used or disclosed without authority
  2. If personal health information is stolen
  3. If the custodian discovers further use or disclosure without authority after a breach
  4. Where there is a pattern of similar, but otherwise non-reportable breaches
  5. Where a breach results in professional disciplinary action against a regulated health professional
  6. Where a breach would result in professional disciplinary action if the individual was a regulated health professional
  7. In the event of a “significant breach”, where the following are factors to be considered:
    1. The information is sensitive
    2. The breach involves a large volume of information
    3. The breach involves many individuals’ information
    4. More than one custodian or agent was responsible for the breach

Finally, the Commissioner notes that custodians will be required to report privacy breach statistics to the Commissioner as of January 1, 2018.

Privacy Commissioner opens investigation into Equifax privacy breach

In the wake of the unprecedented privacy and security breach announced by Equifax, the Office of the Privacy Commissioner of Canada has announced that it is investigating the company. While the announcement is short on details, it does indicate the investigation is a priority for the Commissioner:

  • The Office of the Privacy Commissioner of Canada (OPC) has opened an investigation into the data breach at Equifax Inc. after receiving several complaints and dozens of calls from concerned Canadians.
  • Equifax has committed to notifying all impacted Canadians in writing as soon as possible. The company will also offer free credit monitoring to those individuals.
  • The company is still working to determine the number of Canadians affected by this incident. At this point in time, it is not clear that the affected data was limited to Canadians with U.S. dealings.
  • The investigation is a priority for our office given the sensitivity of the personal information that Equifax holds.

Facebook Video Altruism(?)

Facebook offers to compensate music rights holders for copyrighted music in user videos

Bloomberg has recently reported that Facebook Inc. has offered hundreds of millions of dollars to music labels and publishers in order to compensate them for the massive amount of copyright material that appears, illegally, in videos that Facebook users upload to their accounts. While Facebook had earlier proposed a plan under which it would track and remove user videos with copyrighted music, it has been suggested that the time required and the complexity of the technology involved has led Facebook to the current move as an alternative. The move will allow Facebook to avoid making users unhappy by taking down their videos, and avoid legal problems with rights holders; for their part the rights holders will receive some compensation for use of their material without having to waste resources tracking down its illegal use by Facebook customers. This proposal also occurs at a time when Facebook is looking at rolling out “Watch”, their video hub designed to compete with YouTube, and may be geared towards putting pressure on YouTube to police its own platform more assiduously.

Un dispositif automatisé complétant des formulaires n’usurpe pas les fonctions des notaires ou des avocats

Les défenderesses offrent non seulement des polices d’assurance titres aux institutions prêteuses, mais également des services de traitement de données et de documents concernant les actes juridiques et autres documents pertinents lors d’un refinancement hypothécaire. Le Tribunal est appelé à répondre à la question de savoir si, en rendant les services connexes, les compagnies d’assurance titres posent des gestes réservés aux notaires et aux avocats. En d’autres termes, est-ce que les compagnies d’assurance titres se livrent à un exercice illégal de la profession de notaire ou d’avocat?

Selon le Tribunal, les compagnies d’assurance titres ne rédigent et ne préparent pas les actes en cause. Un gabarit d’acte d’hypothèque est fourni aux compagnies d’assurance titres par les institutions prêteuses sous la forme d’un formulaire standard préconstitué dont certaines sections (les blancs) demeurent à être complétées. Pour chaque transaction en cause, les institutions prêteuses fournissent ensuite de façon distincte aux compagnies d’assurance titres les données nominatives et les renseignements spécifiques à la transaction qui doivent être insérés dans les blancs. Ces données et renseignements sont saisis directement par les institutions prêteuses dans la plate-forme ou le portail informatique de la compagnie d’assurance titres.

Les compagnies d’assurance titres, par l’entremise de leur plate-forme informatique, fusionnent ensuite de façon automatisée le formulaire préconstitué et les données relatives à la transaction visée. En définitive, elles fournissent un service de traitement de données qui consiste essentiellement à remplir les blancs de façon automatisée afin de compléter le formulaire, et ce, à l’aide de l’information saisie par l’institution prêteuse.

Pour le Tribunal, la tâche effectuée par les compagnies d’assurance titres est plutôt de nature administrative et routinière et, la plupart du temps, automatisée afin de fusionner l'information relative à une transaction particulière au formulaire. Le fait de remplir électroniquement des blancs ne peut certainement être ce que le législateur avait à l’esprit lorsqu’il a choisi de réserver au notaire la mission de recevoir les actes qui, suivant la loi, doivent être reçus sous forme notariée, ni lorsqu’il a réservé aux notaires et aux avocats le fait de dresser, préparer ou rédiger pour autrui les actes juridiques en cause ici.

Testament écrit sur un support technique : nul comme testament olographe

Dans le cadre d’une demande introductive d’instance en vérification d’un testament olographe, le Tribunal déclare que la réalité d’aujourd’hui à l’effet que de plus en plus de personnes écrivent sur support informatique n’a pas changé la réalité juridique qui est stipulée à l’article 726 C.c.Q. qui prévoit clairement que le testament doit être écrit et signé par le testateur. Quant à l’application de l’article 714 C.c.Q., le Tribunal ne peut considérer un document nul pour défaut de forme et malgré cela s’attarder à faire la recherche de la volonté du testateur. Si le document est nul pour défaut de forme, il est nul à tous égards, y compris pour la recherche de la volonté du testateur et ne peut être validé par l’application de l’article 714 C.c.Q. Il n’est pas suffisant que le Tribunal conclut que le testament exprime la dernière volonté du défunt, il faut que cette volonté soit exprimée conformément aux exigences du Code civil.

Appliqué au cas sous étude, on ne peut affirmer que le testament satisfait aux conditions requises « mais pas pleinement », bien au contraire, il ne satisfait pas en totalité à une des deux conditions essentielles de l’article 726 C.c.Q., soit qu’il soit écrit de la main du testateur. Le fait d’avoir été écrit sur support technique n’est pas une imperfection, il s’agit d’un défaut fatal. Partant, et de ce fait, l’examen de la volonté du testateur devient sans objet.

Le « cybersquattage » est une faute civile

Ce litige concerne un conflit entre deux frères et découle de la réorganisation corporative de l’entreprise fondée par leur père. Louis acquiert les divisions Boulons & Forge et Produits M.S.M., et son frère Simon, les Industries Désormeau. Louis, président et actionnaire de la demanderesse, soumet que, dans l’objectif de lui nuire, son frère Simon a personnellement conçu et opéré une stratégie de référencement afin de détourner la clientèle de Boulons et Forge et Produits M.S.M. vers le site Internet d’Industries. Pour la demanderesse, ces agissements ne sont pas conformes à la loyauté et l’éthique requises dans le cours normal des affaires.

Quant à l’utilisation illicite d’un nom commercial, la demanderesse fonde notamment son action sur les règles de la responsabilité civile et de l’article 1457 C.c.Q.. Afin de réussir sur cette base, la demanderesse doit bien sûr, rappelle le Tribunal, établir une faute, un préjudice et un lien causal.

L’enregistrement d’un nom de domaine qui reprend celui d’une personne physique, d’une personne morale ou d’une marque n’est en rien nouveau ni exceptionnel. L’objectif de ce que l’on appelle le « cybersquattage » demeure d’abord et avant tout d’empêcher toute autre personne, dont le titulaire du nom, de l’utiliser, afin de tenter de le lui vendre ou encore viser à rediriger le trafic Internet sur son propre site. Les gestes posés par le défendeur constituent un cas classique de « cybersquattage » dans le double objectif de rendre indisponible le nom de domaine à la demanderesse et de rediriger sa clientèle vers le site d’Industries. Le Tribunal conclut que, dans les circonstances de l’espèce, ce comportement constitue une faute. L’expert de même que les autres témoins appartenant à l’industrie de l’Internet ont tous témoigné quant au fait qu’il s’agissait là d’une pratique condamnée par le milieu et qui ne respectait pas les règles d’éthique de celui-ci. De plus, en l’occurrence, Simon a lui-même témoigné que ce geste avait pour objectif de faire pression sur sa mère et de se protéger de son frère. Aussi, le Tribunal est d’avis que le « cybersquattage » constitue une violation de l’article 56 C.c.Q. en ce qu’il consiste en l’utilisation d’un nom autre que le sien.

Mais, en l’espèce le « cybersquattage » commis par le défendeur constitue certes une faute civile et une contravention à l’article 56 C.c.Q. mais vu l’inexistence de préjudice, le recours de la demanderesse doit toutefois échouer.

Objection au dépôt en preuve de conversation sur Facebook accueillie

Les documents que l’on veut déposer en preuve consistent à des extraits de conversations tenues via Facebook entre les parties. Ils ont été transmis à la partie demanderesse en vertu de l’article 292 du Code de procédure civile du Québec moins de dix jours avant l’audition. Le mode de communication, l’intégralité ainsi que la fiabilité des documents déposés sont remis en question.

Le Tribunal est d’avis que le mode utilisé pour déposer ces conversations ne rencontre pas les exigences prescrites par l’article 292 du Code de procédure civile. Cet article ne vise aucunement ce type de conversation. Il ne s’agit pas ici d’une déclaration écrite, mais bien d’échanges entre les parties sous le support électronique de Facebook. De même, le défendeur reconnaît qu’il a imprimé quelques conversations mais que plusieurs messages ont été effacés. Dans un tel contexte, cette preuve ne présente pas de garanties suffisamment sérieuses pour pouvoir s’y fier. L’utilisation de ce document est contraire à l’objectif de recherche de la vérité. L’objection au dépôt de la pièce est accueillie.

L’information émanant d’un compte Facebook est de caractère public

L’employeur demande au Tribunal de conclure que le travailleur n’a pas subi de lésion professionnelle le 17 juillet 2015, dont le diagnostic est une entorse cervicodorsale. Il appert entre autres de la preuve que le travailleur a passé une semaine à Cuba avec sa conjointe en septembre 2015. L’employeur dépose en preuve des photos tirées du compte Facebook de la conjointe du travailleur. On y retrouve des photos de ce voyage, montrant le travailleur au haut d’un cocotier, une main autour de l’arbre et un cigare dans l’autre main ou tenant sa conjointe dans ses bras.

Le Tribunal constate que le travailleur n’a pas jugé utile de venir expliquer ou détailler les circonstances entourant l’apparition des douleurs au cou et au dos, dont personne n’a été témoin. Or, selon la prépondérance de la preuve, celles-ci sont soit imprécises, soit carrément invraisemblables. Enfin, le comportement du travailleur, dans ses activités personnelles, à un moment où les consultations médicales le décrivent comme très souffrant, est un élément additionnel qui contribue à miner sérieusement la crédibilité que l’on doit lui accorder de façon générale. Il n’y a pas eu d’objection au dépôt des photos de voyage du travailleur vu son absence à l’audience. Le Tribunal s’est toutefois assuré que cette preuve a été obtenue sans subterfuge de la part de l’employeur. L’information provient du compte Facebook du travailleur et de celui de sa conjointe. Il s’agit d’une preuve obtenue à partir de comptes « publics ». L’information émanant de ces comptes est de caractère public, devient admissible en preuve et elle est recevable dans la mesure où elle est pertinente au litige. Le Tribunal estime que cette preuve est pertinente au litige, dans la mesure où la crédibilité du travailleur est mise en doute par l’employeur et sa fiabilité est questionnée par certains médecins. Le Tribunal conclut que le travailleur n’a pas subi de lésion professionnelle le 17 juillet 2015.

Paiement des frais d’immatriculation par application « AccèsD » – Mandat apparent

Au moment où le défendeur s’apprête à utiliser le véhicule de sa conjointe, cette dernière se rend compte qu’elle n’a pas payé l’immatriculation du véhicule. Elle lui demande donc d’attendre et va effectuer le paiement à l’aide de l’application « AccèsD » du Mouvement des caisses Desjardins (Mouvement Desjardins). Lorsqu’elle constate que les sommes ont été débitées de son compte, le défendeur prend la route au volant de la voiture de sa conjointe. Un peu plus loin, il est intercepté par un policier et on lui reproche d’avoir remis en circulation un véhicule alors que la propriétaire n’avait pas payé à la Société d’assurance automobile (SAAQ) à l’échéance les sommes prévues. Quand le paiement à la SAAQ est-il considéré comme étant effectué?

Le Tribunal constate que la preuve ne démontre pas que le Mouvement Desjardins est autorisé à effectuer la perception des sommes dues à la SAAQ par l'entremise de son application AccèsD. Toutefois, la SAAQ laisse croire au mandat du Mouvement Desjardins. La SAAQ accepte ainsi qu’un paiement fait à l’aide de son application puisse être considéré comme un paiement fait à la SAAQ. Le Tribunal considère que le paiement est effectué au moment où les sommes sont retirées du compte du payeur, et non au moment où les sommes apparaissent au compte du receveur

Vente par Internet

Le 14 mars 2015, le défendeur fait une réservation par Internet sur le site « Just Got a Deal » pour la location d’une suite au Château Vieux-Montréal (ci-après « le Château ») pour la tenue d’une soirée entre amis le 22 mars 2015. Le 22 mars 2015, à son arrivée, on impose au défendeur un contrat de location de 3 pages qui stipule que la suite est louée à des fins d’hébergement seulement et qu’aucun autre usage n’est permis. La demanderesse le Château poursuit en dommages le défendeur en alléguant que l’usage qu’il a fait des lieux loués viole le contrat intervenu entre eux. La réclamation de la demanderesse s’élève à 19 750,00 $. Le défendeur soutient qu’aucune condition quant à la réservation n’était écrite sur le site «Just Got a Deal».

Le contrat qui lie les parties n’est pas un contrat commercial, mais bien un contrat de consommation. En l’espèce, l’offre est celle que le défendeur a faite lorsqu’il a réservé sur le site « Just Got a Deal », et dès qu’elle a été acceptée à un certain montant (399,00 $), le contrat s’est formé. Par contre, les conditions lui ont été divulguées postérieurement, soit le 22 mars 2015, lorsqu’il est arrivé au Château. Ces clauses sont donc nulles en vertu de l’article 1435 al. 2 C.c.Q., car elles n’ont pas été expressément portées à la connaissance du défendeur au moment de la formation du contrat, et le Château n’a pas fait la preuve qu’il en avait par ailleurs connaissance à ce moment-là. La règle qui exige que le consommateur ou l’adhérent ait connaissance de l’existence et du contenu de la clause externe est d’ordre public.

Notification de documents et procédures par un moyen technologique

Il s’agit d’une demande formulée par le procureur de la demanderesse quant au moyen à être utilisé pour les fins de communication avec le défendeur.

Le Tribunal autorise la demanderesse à communiquer au défendeur tous documents et toutes procédures judiciaires par courriel à l’adresse suivante : […]@yahoo.com. Il tient compte que l’adresse de courriel du défendeur est connue de la demanderesse et qu’à chaque fois où il a reçu une communication du procureur de la demanderesse via cette adresse électronique, le défendeur y répond dans des délais acceptables. Il est dans l’intérêt de la justice que soit autorisé, conformément à l’article 133 du Code de procédure civile, la notification par ce moyen technologique.

Ouverture d’un compte Facebook à l’insu du père ne justifie pas une diminution des droits d’accès de la mère

Dans cette affaire, une des demandes de Monsieur est la diminution des droits d’accès de Madame à leur enfant X de 12 ans. Sa demande est motivée entre autres par l’ouverture d’un compte Facebook au nom de X à son insu, par l’utilisation illégale et immodérée des réseaux sociaux et par les heures tardives de coucher de X lorsqu’elle séjourne chez sa mère. Il explique au Tribunal qu’elle n’a pas l’âge légal pour ouvrir un compte Facebook. Il s’oppose en vain à cette démarche. Sa demande de diminution des droits d’accès s’appuie également sur l’utilisation immodérée des messages textes à toute heure de la journée, entre X et d’autres personnes, dont Madame.

Le Tribunal estime que l’ouverture d’un compte Facebook à l’insu de Monsieur ne justifie pas une diminution des droits d’accès de Madame. Cette dernière reconnait qu’elle aurait dû aviser Monsieur de l’ouverture de ce compte. Une fois cela dit, le Tribunal est davantage préoccupé par les gestes de contrôle excessif posés par Monsieur sur l’utilisation de Facebook par X que par l’usage -balisé et encadré- de ce même outil exercé par Madame. L’utilisation immodérée des réseaux sociaux à toute heure de la journée, s’il en est, ne justifie aucunement le Tribunal de diminuer les droits d’accès de Madame. Autrement dit, l’intérêt de X n’est absolument pas affecté par cette utilisation des réseaux sociaux. Rappelons que X est une jeune fille intelligente, sociable et posée qui réussit très bien à l’école. Restreinte dans ses communications téléphoniques avec sa mère, communications chronométrées à la minute près par Monsieur, X utilise les réseaux sociaux pour s’affranchir de son manque de liberté lors de son séjour chez son père. Le Tribunal ne peut manifestement pas lui en tenir rigueur. Monsieur ne convainc pas le Tribunal de l’existence de changements significatifs au soutien de sa demande de diminution des droits d’accès.

Rejet de la demande déclinatoire car l’utilisation sans permission de la marque de commerce a été commise au Québec via un site Internet transactionnel américain

Le demandeur prétend que les défenderesses commercialisent des produits, sans son consentement, en utilisant son nom et sa marque de commerce. Il leur réclame, entre autres, des dommages et demande qu’il leur soit ordonné de cesser d’utiliser la marque « Surin », « Bruny Surin » et « Cell Surin ». Puma North America inc. (« PNA ») prétend que les tribunaux québécois ne sont pas compétents pour entendre cette affaire, en ce qui la concerne, puisqu’elle n’est pas domiciliée au Québec, qu’elle n’a pas d’établissement au Québec et que si faute il y a, elle a été commise hors du Québec.

La preuve confirme que PNA a son siège social hors du Québec et qu’elle n’a aucun établissement au Québec. Cependant, le paragraphe 3 de l’article 3148 C.c.Q. prévoit que les autorités québécoises sont compétentes pour entendre une action personnelle lorsque, notamment, une faute a été commise au Québec ou qu’un préjudice y a été subi. Or le Tribunal est d’avis que tel est le cas. Selon la preuve, les produits à l’origine de cette affaire sont en vente au Canada, via un site Internet transactionnel américain. Il est permis de croire, prima facie, que la faute alléguée, c’est-à-dire l’utilisation sans permission d’une marque de commerce dûment enregistrée et propriété du demandeur, a été commise au Québec par PNA, l’entité américaine : il y est question, dans la version française de ce site (un site internet avec une adresse qui nous dirige aux États-Unis) de prix en dollars américains et d’un site Internet « américain » (us.puma.com). De plus, le demandeur qui réside au Québec subit un préjudice ici et subit ici des dommages résultant de cette commercialisation. Le préjudice purement économique n’est pas exclu comme facteur de rattachement au Québec. Le Tribunal juge que les tribunaux québécois sont compétents sur le litige, en application du paragraphe 3 de l’article 3148 C.c.Q.

Reconnaissance de dettes résultant de propos sur Facebook

La demanderesse réclame du défendeur, avec qui elle a partagé sa vie quelques mois, le remboursement de certaines sommes qu’elle a prêtées à ce dernier. Elle prétend que le défendeur a reconnu lui devoir des sommes d’argent, invoquant des messages par texto échangés entre les parties et un échange Facebook entre le défendeur et sa mère où cette dernière, s’adressant à son fils, lui suggère de repenser sérieusement au remboursement du prêt dû à la demanderesse. Le défendeur s’oppose à la recevabilité des deux derniers moyens de preuve, prétextant que leur obtention est illégale et qu’aucune preuve de l’authenticité de ces documents n’a été démontrée.

Le Tribunal considère qu’un commencement de preuve au sens de l’article 2865 C.c.Q. a été établi, faisant conclure à un acte de prêt pour ladite somme. Cette conclusion concorde avec l’admission faite par le défendeur dans les messages par texto échangés avec la demanderesse où il mentionne: « […] ça me ferais(sic) $5,000 de moin(sic) a(sic) te rembourser. ». Cette preuve est valable eu égard aux principes énoncés aux articles 2837 et 2860 (3) C.c.Q. ainsi que selon les dispositions contenues à la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information. En ce qui concerne la page Facebook, il ne s’agit pas comme tel d’une reconnaissance de dette du défendeur puisque ce n’est pas ce dernier qui s’exprime, mais bien sa mère. Ce document pourrait cependant constituer un commencement de preuve supplémentaire au sens de l’article 2865 C.c.Q.

Quant à la recevabilité du document tiré du site Facebook du défendeur, les tribunaux ont déjà décidé que sont irrecevables les courriels obtenus en accédant à la boîte de courriels d’une partie sans sa permission. Par contre, il a également été décidé que sont recevables les communications provenant de la boîte de courriels personnelle d’un employé, facilement accessible sans mot de passe, lorsque celui-ci n’a pris aucune disposition afin de la rendre inaccessible après avoir quitté son emploi, circonstances similaires aux faits en litige. De même, la production de courriels échangés entre un mari et un tiers est permise lorsque l’ordinateur d’où ils sont tirés se trouvait sur un bureau de la résidence, qu’il était toujours allumé et accessible sans mot de passe. En l’espèce, la demanderesse a pu avoir accès à la page Facebook du défendeur qu’à cause de la négligence de ce dernier, qui n’a pas pris les mesures nécessaires pour s’assurer qu’aucune personne n’aurait accès à sa page personnelle. Dans un tel cas, l’expectative de vie privée qu’une personne peut avoir est sensiblement réduite. Qui plus est, même si l’obtention de la page Facebook de monsieur Robitaille devait être considérée comme illégale, celle-ci ne déconsidèrerait pas l’administration de la justice puisque son obtention l’a été dans des circonstances particulières et que la violation des droits invoqués par le défendeur est anodine.

Conditions à respecter dans la surveillance des messages des salariés – Europe

Par un arrêt rendu le 5 septembre 2017, la Grande chambre de la Cour européenne des droits de l’homme a précisé les conditions dans lesquelles un employeur peut surveiller les communications électroniques personnelles d’un salarié au travail et utiliser leur contenu dans le cadre d’une procédure disciplinaire.

La Cour rappelle l’exigence de proportionnalité et des garanties procédurales contre l’arbitraire. Les autorités nationales doivent veiller à ce que les employeurs qui mettent en place une surveillance des correspondances et des communications des salariés dans le cadre du travail prévoient des garanties suffisantes contre les abus. Les salariés doivent être informés à l’égard de la nature de la surveillance et ce avant sa mise en place. Il faut également distinguer entre flux et contenu des communications. Si la surveillance du contenu est opérée par une méthode invasive, elle doit être justifiée. Il importe aussi de voir à ce que les moyens moins intrusifs soient utilisés et considérer les conséquences de la surveillance pour l’employé concerné. Les autorités nationales doivent s’assurer que l’employé bénéficie de garanties adéquates permettant d’empêcher l’accès au contenu même des communications, à son insu.

En l’espèce, la Cour a estimé que les autorités nationales roumaines n’avaient pas protégé de manière adéquate le droit du salarié au respect de sa vie privée et de sa correspondance. Elle écrit « que les juridictions nationales ont manqué, d’une part, à vérifier, en particulier, si le requérant avait été préalablement averti par son employeur de la possibilité que ses communications sur Yahoo Messenger soient surveillées et, d’autre part, à tenir compte du fait qu’il n’avait été informé ni de la nature ni de l’étendue de la surveillance dont il avait fait l’objet, ainsi que du degré d’intrusion dans sa vie privée et sa correspondance. De surcroît, elles ont failli à déterminer, premièrement, quelles raisons concrètes avaient justifié la mise en place des mesures de surveillance, deuxièmement, si l’employeur aurait pu faire usage de mesures moins intrusives pour la vie privée et la correspondance du requérant et, troisièmement, si l’accès au contenu des communications avait été possible à son insu ».

Whose AUTOCAD Is It, Anyway?

Contractor’s electronic design of home renovation held to belong to contractor and not homeowners

In Evans and Hong v. Upward Construction, Judge S.M. Merrick of the British Columbia Provincial Court presided over a contract dispute that turned on ownership of electronic design drawings. The plaintiffs entered into an agreement with the defendant to do a renovation on their house and provided the defendants with a PDF drawing of their desired design for the renovations. The defendant’s employee, Riley, made an electronic version of the drawing by using AUTOCAD, a software for computer-generated design. She then went to the plaintiffs’ home and took measurements needed to complete the design, concluding as she did that some of the measurements in the plaintiffs’ original diagram were incorrect. She generated a new AUTOCAD version of the design in accordance with this data and the plaintiff’s budgetary restrictions. The plaintiffs suggested changes which accorded with their original measurements and those changes were made to the AUTOCAD document. Eventually the plaintiffs terminated the contract and demanded a copy of the AUTOCAD document. The defendants refused, providing them with a PDF version of the final version of the design. The plaintiffs had to have another company do an AUTOCAD design for them, plus remain out of their house for an extra month. They sued in breach of contract and claimed approximately $7,000 in damages and for an order for the disclosure of the AUTOCAD document.

The court first dealt with the plaintiffs’ argument that there was an implied term in the contract that they owned the AUTOCAD document and would gain possession of it upon termination of the contract. Judge Merrick noted that the contract was silent on copyright in and ownership of the diagrams. Also, one of the plaintiffs testified that in his industry transmission of AUTOCAD drawings was standard, while the owner of the defendant company testified that in his business contractors retained ownership of AUTOCAD drawings. The judge easily found that there was no basis upon which to conclude that the parties had impliedly agreed on the matter, given the discrepancy of their views, and held that there was no implied term. The court then turned to the question of whether there was copyright in the AUTOCAD drawings and, if so, who owned it. Judge Merrick noted that copyright attaches to housing renovation plans if they are “original.” To be original, the work need not have elements never seen before, nor display creativity or artistic qualities; it is sufficient if it emerges from “the author’s or designer’s skill and judgment.” There can also be copyright in the creator’s arrangement of components, even if those components are the property of someone else.

In this case, it was clear that the AUTOCAD drawings could be protected by copyright:

[18] The renovation design plans do indeed constitute work that has not been copied. Ms. Riley did not rely on the measurements provided to her by the claimants. She attended at the claimants’ home and measured the entire home. She determined that the measurements she was given were inaccurate and others were missing. Ms. Riley then using her measurements did her own design that accorded with the budget restrictions and design elements she was given by the claimants. The intellectual contribution by Ms. Riley to the renovation design plan was not purely mechanical. It was an expression of her skill and judgment. It should be noted that this effort by Ms. Riley did not preclude her from finding inspiration in pre-existing ideas. See Construction Denis Desjardins Inc. v. Jeanson, at paragraph 16.

[19] While it is true that the claimants requested changes that ultimately led to the elimination of Ms. Riley’s original ideas and a return to the claimants’ original measurements, it was Ms. Riley’s skill and judgment that provided the expression of the claimants’ ideas. Ms. Riley spent 32.5 hours on design work and 37.75 hours on drafting work.

[20] As the claimants conceded during submissions, Ms. Riley’s efforts “augmented” their ideas.

It was clear that the plaintiffs had intended to give the AUTOCAD drawings to another contractor to get the house renovation completed. The defendant had the right to restrain or prohibit any use or reproduction of the drawings, and:

[22] …Given the discrepancy regarding measurements, it is my judgment that prejudice to the defendant’s reputation would occur if the plans were relied on and modified.

[23] While the claimants certainly had an implied licence to use the renovation design plan, any reproduction or modification requires the consent of the defendant. By refusing to provide the claimants with the AUTOCAD file, the defendant was clearly not consenting to any reproduction or modification as it was entitled to do pursuant to Sections 3 and 14.1 of the Copyright Act.

The claim was dismissed.