IT.CAN Newsletter/Bulletin
October 20, 2016/20 octobre 2016

Sexual Offenders and Internet Access

Complete prohibition on internet use demonstrably unfit and unreasonable

The Ontario Court of Appeal has had the opportunity to consider the impact of the Supreme Court of Canada’s July 2016 decision in R v KRJ with its decision in R v Brar, 2016 ONCA 724 (no hyperlink available).

The Supreme Court in KRJ considered a Charter challenges to amendments made in 2012 to section 161 of the Criminal Code. Those amendments allowed a judge, as part of a sentence for various sexual offences involving children, to prohibit an accused from having unsupervised contact with a person under sixteen (section 161(1)(c)) and from “using the Internet or other digital network, unless the offender does so in accordance with conditions set by the court” (section 161(1)(d)). The Charter challenge was not to those prohibitions themselves, but to their retrospective application to offenders who had committed an offence before those provisions were put into the Code. Section 11(i) of the Charter entitles a person to the benefit of the lesser punishment “if the punishment for the offence has been varied between the time of commission and the time of sentencing”, but all parties agreed that Parliament had intended these changes to apply retrospectively. Ultimately the Court did not allow section 161(1)(c) to be applied retrospectively, but concluded that the internet ban could be applied in that way.

The Supreme Court of Canada had little difficulty concluding that a ban on using the internet was, in fact, a punishment. The Crown had argued that the provision should be seen as similar to a requirement that an order for a DNA sample could be required of people convicted of sexual offences: a measure aimed at future crimes, rather than as a punishment for the crime which had occurred. The Court disagreed, finding that application of the section did amount to retrospective punishment, and therefore did violate section 11(i):

[54]…depriving an offender under s. 161(1)(d) of access to the Internet is tantamount to severing that person from an increasingly indispensable component of everyday life:

The Internet has become a hub for every kind of human activity, from education to recreation to commerce. It is no longer merely a window to the world. For a growing number of people, the Internet is their world — a place where one can do nearly everything one needs or wants to do. The Web provides virtual opportunities for people to shop, meet new people, converse with friends and family, transact business, network and find jobs, bank, read the newspaper, watch movies, and attend classes. [Emphasis in original; footnotes omitted.]

(B. A. Areheart and M. A. Stein, “Integrating the Internet” (2015), 83 Geo. Wash. L. Rev. 449, at p. 456)

For many Canadians, membership in online communities is an integral component of citizenship and personhood. In my view, retrospectively excluding offenders from these virtual communal spaces is a substantial consequence that implicates the fairness and rule of law concerns underlying the s. 11(i) right.

[57] In sum, the prohibitions found in the 2012 amendments to s. 161(1) constitute punishment for the purposes of s. 11(i) of the Charter. They are a consequence of conviction, imposed in furtherance of the purpose and principles of sentencing, and they can have a significant impact on the liberty and security of offenders. Clearly, the 2012 amendments constitute greater punishment than the previous prohibitions: under the new s. 161(1)(c), a judge can prohibit all contact with children, no matter the means (not just contact involving a computer system); and under the new s. 161(1)(d), a judge can prohibit an offender from using the Internet or other digital network for any purpose (not just for the purpose of contacting children). Accordingly, the retrospective operation of these provisions limits the s. 11(i) right as it deprives the appellant of the benefit of the less restrictive community supervision measures captured in the previous version of s. 161 — that is, the “lesser punishment”.

The bigger issue was whether that section 11(i) violation could be saved under section 1 of the Charter: the Court concluded that the ban on unsupervised contact could not be saved, but the ban on internet use could be.

In both cases, the objective of the measures was to protect children against the risk of harm posed by convicted sexual offenders, and the purpose of making those measure retrospective was to better protect children from the risks posed by offenders who committed their offences before, but were sentenced after, the amendments came into force. That objective was sufficiently important, and both the “no unsupervised contact” and “no internet usage” provisions were found to be rationally connected to achieving that goal and minimally impairing. The difference between the results in the two cases came at the final stage of the section 1 test, weighing the salutary deleterious effects of the retrospective application of the provision: as the Court observed “When it comes to s. 11(i), timing can be everything” (para 93).

The “no unsupervised contact” provision was aimed at the fact that many sexual assaults against children come from family members or acquaintances. However, “this reality did not just recently come to Parliament’s attention” (para 92) and so there needed to be an explanation as to why retrospective laws were required when there had been no fundamental change in the situation. However, that same consideration explained why the Court was willing to countenance retrospectivity when it came to the internet usage provision:

[102] The rate of technological change over the past decade has fundamentally altered the social context in which sexual crimes can occur. Social media websites (like Facebook and Twitter), dating applications (like Tinder), and photo-sharing services (like Instagram and Snapchat) were all founded after 2002, the last time prior to the 2012 amendments that substantial revisions to s. 161(1) were made. These new online services have given young people — who are often early adopters of new technologies — unprecedented access to digital communities. At the same time, sexual offenders have been given unprecedented access to potential victims and avenues to facilitate sexual offending.

[103] The legislative record before this Court speaks to this rapid evolution and shows that, in enacting s. 161(1)(d) and giving it retrospective effect, Parliament was attempting to keep pace with technological changes that have substantially altered the degree and nature of the risks facing children. For example, at the second reading of the Bill, the Parliamentary Secretary to the Minister of Justice said, “An increasing number of child sex offenders also use the Internet and other new technologies to facilitate the grooming of victims or to commit other child sex offences” (p. 6787). At a Committee debate, the Acting General Counsel, Criminal Law Policy Section, Department of Justice testified:

… what Bill C-54 recognizes is that offenders use the Internet computer systems for all sorts of reasons. Yes, they use it to communicate directly with a young person, and we catch that already, but they use it also to offend, in their offending pattern, whether it’s to access child pornography, for example… So the idea with Bill C-54 is to require a court to turn its mind to this each time it is sentencing a person who is convicted of one of these child sex offences and to consider whether in that instance, with the offender before them, given the nature of the offending pattern and the conduct before the court, there should be a restriction on that individual’s access to the Internet or other technology that would otherwise facilitate his or her reoffending.

(Standing Committee on Justice and Human Rights, Evidence, No. 50, 3rd Sess., 40th Parl., February 28, 2011, at p. 4)

[113]… the record demonstrates that the Internet is increasingly being used to sexually offend against young people and that sex offenders who target children are more likely to reoffend. This is not simply about changing technology or general risks associated with recidivism, broad factors that can relate to many offences. Rather, the nature and degree of the risks facing some of the most vulnerable members of our society have changed drastically since 2002, the last time s. 161(1) was substantially amended. Technology and the proliferation of social media cyber communities have increased the degree of risk facing young persons. This has created new triggers, and new avenues for offenders to pursue in committing further offences. The previous prohibition was insufficient to address these evolving risks. But the enhanced prohibition in s. 161(1)(d) can restrict the viability of these routes.

It was in that legislative context that the Ontario Court of Appeal came to consider an appeal of an order which had been made under section 161(1)(d). The accused in Brar had been convicted, among other things, of sexual assault, child luring, and prostitution of a person under the age of 18. He had been sentenced to six years imprisonment, and the judge also imposed a 20 year ban on the accused’s use of the internet except when the appellant was “at employment” and prohibited the accused from owning and/or using “any mobile device with Internet capabilities”. The Ontario Court of Appeal concluded that some sort of order under section 161(1)(d) was appropriate, but that this particular one had been too expansive: a breach would be almost inevitable.

The accused certainly should be prevented from communicating with youths online through chat groups, given that this was how in part he had committed offences: that, however, could be managed through a “no communication” order. Actually banning him from using the internet except while “at employment”, the Court of Appeal noted, might effectively exclude the accused from looking for work in his field as a computer scientist and IT technician. In addition, such jobs frequently require a person to access the internet while not “at work”, which would put the accused in breach. Further, they noted “at least some form of access to the Internet is simply unavoidable for innocent purposes such as accessing services and finding directions.” (para 24). A blanket ban was not required, they held: instead that accused was to be banned from accessing unlawful content, from having a personal profile on Facebook, Twitter, or similar social media, and from directly or indirectly accessing such social media sites.

Cell Phone Use as a Sign of Impairment

Teen use of a cell phone typical social behaviour

A judge of the Ontario Court of Justice relied on his “own extensive life experience with teenagers and young adults” and in particular their approach to cell phone use as part of his reasoning in R v DAH.

The accused was charged with impaired driving, specifically on the basis that his ability to drive was impaired by a drug. Part of the evidence came from a drug recognition expert, who based her opinion on a number of factors. One of these was that the accused, a teenager, “used his cell phone several times while they she was speaking with him. She had to repeatedly tell him to put his phone away. She concluded from that that he was not taking the situation seriously – that he was treating it as kind of a joke” (para 63).

The trial judge rejected this as an appropriate consideration to take into account:

[98] Nor am I satisfied that it is reasonable to draw an inference of impairment from the fact that a teenager was continuously using his cell phone while being questioned. My own extensive life experience with teenagers and young adults allows me to conclude that this is exceedingly normal behaviour and not indicative of any abnormality, let alone impairment.

SK Court finds that license rights are contractual and can be cancelled by receiver

Licensee argued that amendments to the Bankruptcy and Insolvency Act altered the rule

In Golden Opportunities Fund Inc v Phenomenome Discoveries Inc, the Saskatchewan Court of Queen’s Bench addressed an objection made by a licensee of certain technologies to determine that the receiver could not cancel the licenses at issue.

The general rule has been that a receiver can cancel contracts that to not confer any interest or property in the thing being licensed. The licensee argued that recent amendments to the Bankruptcy and Insolvency Act changed that rule. The relevant provisions read as follows:

65.11(7) If the debtor has granted a right to use intellectual property to a party to an agreement, the disclaimer or resiliation does not affect the party’s right to use the intellectual property — including the party’s right to enforce an exclusive use — during the term of the agreement, including any period for which the party extends the agreement as of right, as long as the party continues to perform its obligations under the agreement in relation to the use of the intellectual property.

The Court concluded that the new provisions of the Act have no impact upon court appointed receivers:

[21] Section 65.11(7) of the BIA has no bearing on a court-appointed receivership. Oppositely, s. 65.11 is a provision in Part III, Division 1 of the BIA that permits an insolvent debtor to avoid bankruptcy by making a proposal to its creditors. Likewise, s. 32 of the CCAA pertains to the debtor’s right to disclaim contracts during the stay period to enable the debtor to facilitate compromises and arrangements with its creditors. However, the CCAA does not apply to court-appointed receivers.

[22] As stated by the Supreme Court of Canada in Saskatchewan (Attorney General) v Lemare Lake Logging Ltd., 2015 SCC 53 (CanLII) at para 45, [2015] 3 SCR 419, the purpose of s. 243 of the BIA is as follows:

45 … What the evidence shows instead is a simple and narrow purpose: the establishment of a regime allowing for the appointment of a national receiver, thereby eliminating the need to apply for the appointment of a receiver in multiple jurisdictions.

[23] In short, Body Blue continues to apply to licences within the context of court-appointed receiverships. Licences are simply contractual rights. The requirements placed on a receiver dealing with contractual rights was recently reviewed by Meschishnick J. only two months ago in this same receivership when Med-Life opposed the Receiver’s application to disclaim a term of its 2015 agreement with PDI.

The Court did affirm that the licensee was able to pursues a claim of damages against the asset pool assembled by the receiver.

Sales of branded “Trader Joe’s” products in Canada triggers US Lanham Act protection

Canadian cross-border shopper subject to US jurisdiction for resales outside of the US

In Trader Joe’s Company v. Hallatt, the US Court of Appeals for the Ninth Circuit considered a lawsuit brought by the well-known US company Trader Joe’s against a Canadian who had been shopping extensively for Trader Joe’s branded products at one of the company’s Washington State stores only to re-sell them in British Columbia at a store called “Pirate Joe’s”. The lawsuit was brought under the Lanham Act related to trade-marks and Washington State trade-mark laws. Lower courts had dismissed both claims principally because of the jurisdictional issues.

The core of its complains are summarized by the Court on p. 6:

Trader Joe’s alleges that Hallatt uses its intellectual property to solicit business for Pirate Joe’s: He advertises his wares with Trader Joe’s trademarks, operates a website accessible from the United States, displays an exterior sign at Pirate Joe’s that uses a font similar to the trademarked “Trader Joe’s” insignia, and designed the Pirate Joe’s store to mimic Trader Joe’s trade dress.

Importantly, Trader Joe’s asserted that it has stringent quality control standards in place for its products and has refused offers to license the brand or to franchise their stores because of concerns about third parties maintaining the same standards. Trade Joe’s argued that Hallatt transports perishable goods in a manner that it not consistent with its own practices and that the company reported at least once instance where a Canadian customer had complained after getting sick from eating a Trader Joe’s branded product purchased from Pirate Joe’s.

To determine whether the Lanham Act could apply to an activity that mostly took place outside of the United States, the Court noted:

We determine whether any statute, including the Lanham Act, reaches foreign conduct by applying a two-step framework. At step one we ask “whether the statute gives a clear, affirmative indication that it applies extraterritorially.” The Supreme Court settled this question with regard to the Lanham Act when it held that the Act’s “use in commerce” element and broad definition of “commerce” clearly indicate Congress’s intent that the Act should apply extraterritorially. Where, as here, Congress intended a statute to apply extraterritorially, we proceed to step two and consider “the limits Congress has (or has not) imposed on the statute’s foreign application.”

The next questions the court considered were whether (p. 16):

  1. the alleged violations . . . create some effect on American foreign commerce;
  2. the effect [is] sufficiently great to present a cognizable injury to the plaintiffs under the Lanham Act; and
  3. the interests of and links to American foreign commerce [are] sufficiently strong in relation to those of other nations to justify an assertion of extraterritorial authority.

Most cases where this is apply, the Court noted, are ones in which the goods are re-imported into the US. In this case, the “some effect” was said to be harm to Trader Joe’s reputation because of the lack of quality control in product handling. In addition, the products sold at Pirate Joe’s were “grossly overpriced”, so that consumers will come to associate the Trader Joe’s trademarks with overpriced goods. The Court determined these represented a cognizable injury. On the third branch, the Court concluded “the seven subfactors we use to evaluate potential ‘interference with other nations’ sovereign authority,’ taken together, do not counsel against applying the Lanham Act here.”

The Court reinstated Trader Joe’s Lanham Claims and sent it back to the court below.

The Court determined the state law claims could not go forward as there was no unfairness to consumers in Washington, but only consumers in Canada.

Retrait fautif d’une annonce de mise aux enchères – responsabilité d’eBay

Les demandeurs réclament des dommages d’eBay Canada Ltd (« eBay ») à la suite du retrait de leur annonce de mise en vente aux enchères d’une paire de chaussures ayant atteint plus de 300 fois le prix d’achat. eBay conteste la réclamation invoquant les clauses de son contrat lui permettant de retirer une annonce. De plus, elle plaide l’absence de lien de droit, car les chaussures ont été achetées par un des demandeurs, alors que le compte eBay utilisé a été ouvert par l’autre. Enfin, elle soutient que les demandeurs n’ont pas prouvé leurs dommages.

eBay invoque plusieurs clauses de ses conditions d’utilisation contractuelles aux demandeurs, soutenant que ces derniers ne les ont pas respectées. Elle soutient ainsi avoir un motif valable de retirer l'annonce sans préavis. Le Tribunal est d’avis que les demandeurs ne peuvent se faire opposer les clauses soulevées par eBay, car ils ne les ont pas transgressés.

D’abord, étant donné le consentement et la participation des demandeurs à l'élaboration de l'annonce en vue de l'utilisation d'un seul compte et en l'absence de clauses contractuelles l'interdisant, le Tribunal conclut que les demandeurs ont l'intérêt requis à l'encontre d'eBay. Ainsi, il n'y a pas eu de transfert du compte eBay, mais bien une utilisation conjointe, ce qui n'est pas interdit par la politique. Il n'y a donc pas eu violation de la clause prohibant le transfert de compte.

Sur la question du choix de la photo en vue de l’annonce, il apparaît que les politiques contractuelles d’eBay permettent l'utilisation d'images génériques « stock images ». De plus, la preuve est claire et le représentant d'eBay l'a reconnu, la photo de l'annonce représente bel et bien les chaussures mises en vente et correspond à leur descriptif, soit des « Nike Air Foamposite Galaxy 1 ». Il n'y a pas d'éléments qui peuvent être reprochés aux demandeurs à cet égard.

eBay a plaidé que les chaussures vendues par les demandeurs sont des biens usagés. La preuve, au contraire, révèle qu'il s'agit de biens neufs acquis quelques heures auparavant, aucunement usagés et offerts dans leur boîte d'origine. Il serait absurde de prétendre à chaque fois qu'un individu revend un bien neuf qu'il s'agit en fait de la vente d'un bien usagé. De plus, les clauses du contrat d'eBay ne permettent pas de soutenir cet argument.
De même, eBay reproche aux demandeurs d'avoir placé l'annonce avant d'avoir acquis les chaussures. Toutefois, avant la clôture de l'enchère et avant le retrait de l’annonce, un des demandeurs a en sa possession les chaussures correspondant au produit mis en vente. L'article 1713 C.c.Q. prévoit que la vente de la chose d'autrui est valable si le vendeur acquiert la propriété du bien vendu, ce qui est le cas en l'espèce.

Le Tribunal conclut donc qu'eBay n'a pas établi que les demandeurs ont contrevenu aux autres clauses soulevées dans son contrat de service « User agreement » ni à quelque obligation contractuelle soulevée par eBay.

eBay tente d'échapper à sa responsabilité en soulevant sa clause de résiliation de service en cas d’utilisation abusive et celle concernant sa limite de responsabilité. Selon une étude, il serait acceptable qu'eBay protège ses utilisateurs en excluant de son site certains utilisateurs peu scrupuleux. Par ailleurs, le Tribunal explique qu’il serait injuste de retirer une annonce ou la suspendre sans justification adéquate. L'absence de préavis raisonnable pourrait engager la responsabilité d'eBay. Le Tribunal constate que le contrat entre eBay et les usagers est un contrat d'adhésion au sens de l’article 1379 C.c.Q. et de consommation selon l’article 1384 C.c.Q. Une clause abusive peut être annulable et donc être déclarée inopposable en application de l’article 1437 C.c.Q. La clause résolutoire accorde à eBay une discrétion presque sans limites. Quant à la clause de résiliation d'eBay, elle est très vague et générale. Cette clause peut être annulée puisqu'elle donne entière discrétion de résilier son offre de services même sans justification et est donc inopposable aux demandeurs.

De plus, il n'y a aucune preuve de violation de propriété intellectuelle. À part le titre apparaissant à l’avis émis à la suite du retrait de l'annonce, la preuve ne révèle pas de soupçon ou de lien entre une prétendue violation à la propriété intellectuelle et le retrait de l’annonce. Le titre de l'avis apparaît sans fondement et il n'y a pas eu de preuve d'une telle violation. De même, le faible historique du vendeur a été invoqué invoqué par eBay pour justifier le retrait de l’annonce. Le fait que la vente soit initiée par un premier usager du site ne peut être reproché aux demandeurs. Il y a toujours une première fois pour tout nouvel utilisateur de ce site. Un tel motif ne peut justifier une résiliation de contrat de service par le retrait de l’annonce.

eBay reproche aux demandeurs d'avoir placé l'annonce pour la durée de trois jours. Or, les enchères peuvent être placées pour une durée minimum de trois jours ou pour une plus longue période. Le fait que les demandeurs aient choisi le terme le plus court ne peut leur être opposé comme étant une violation des politiques. Le délai de trois jours est proposé par eBay à ses clients.

La faute d'eBay est d'avoir retiré l'annonce des demandeurs sans motif raisonnable, mettant ainsi fin à l'enchère qui allait clôturer deux heures plus tard. Les parties reconnaissent qu'au moment du retrait de l'enchère, cette dernière a atteint 98 000 $. Vu le mécanisme d'enchère mis en place et le fait qu'un acheteur ne peut facilement se dédire une fois que sa mise est logée combiné avec le fait que si un acheteur ne donne pas suite à sa mise, il est possible pour l'acheteur suivant d'acquérir l'objet, le Tribunal conclut qu'il y a une preuve prépondérante d'une perte, soit un gain non réalisé.

Il s’agit d'une faute ayant causé la perte d'un gain non réalisé. Ce dernier doit être analysé de façon concrète, c'est-à-dire selon la preuve du gain espéré perdu. Encore faut-il établir que le gain manqué est probable et non uniquement potentiel. La valeur objective des chaussures n'est pas pertinente. Le gain manqué est de 98 000 $, soit la plus haute mise lorsque eBay a résilié son contrat en retirant l’annonce, et non pas la valeur des chaussures de 1 200 $ avancée par eBay.

Un message sur Facebook n’équivaut pas à un avis valable en vertu de la politique de l’employeur

Le travailleur dépose une plainte en vertu de l’article 32 de la Loi sur les accidents du travail et des maladies professionnelles et demande d’annuler les deux suspensions que l’employeur lui a imposées et d’ordonner à ce dernier de lui verser le salaire dont il a été privé. Le travailleur a été suspendu une première fois pour une durée de cinq jours puis une deuxième fois pour dix jours au motif de non-respect de la politique relative à la présence au travail qui exige d’aviser l’employeur de vive voix de son absence le plus tôt possible. Le travailleur a transmis un message par Facebook, dans un cas, à son représentant syndical et à un collègue, leur demandant d’aviser l’employeur de son absence. Dans le deuxième cas, il n’a pas informé de vive voix son employeur ou a tardé à le faire.

Il appartenait à l’employeur de démontrer que les sanctions imposées au travailleur l’ont été pour une autre cause juste et suffisante. Or, après analyse de la preuve et des arguments soumis, le Tribunal considère que l’employeur s’est déchargé de son fardeau de preuve. Dans les deux cas, le travailleur n’a pas avisé directement son contremaître de son absence « le plus tôt possible » tel que le prévoit la « Politique relative à la présence au travail ». Ce comportement du travailleur se justifie d’autant plus difficilement puisque la preuve démontre qu’il était certainement possible pour le travailleur de communiquer directement avec son contremaître avant le début de son quart de travail pour l’informer de son absence au travail. Par ailleurs, le Tribunal se doit de prendre en considération que ce non-respect par le travailleur de la « Politique relative à la présence au travail » survient dans le contexte où celui-ci connaît très bien les exigences de l’employeur au sujet des absences au travail, puisqu’ayant fait lui-même l’objet de sanctions dans le passé à ce sujet. Le Tribunal administratif du travail considère donc que l’employeur a démontré que la suspension de dix jours imposée au travailleur l’a été pour une autre cause juste et suffisante. Cette conclusion s’impose d’autant plus qu’il s’agissait d’une seconde offense de même nature de sa part en peu de temps, ce qui justifiait certainement une sanction plus importante.

Requête en non-publication d’une demande contre Google

Le demandeur allègue que Google, par ses fautes intentionnelles et sa négligence grossière, contribue à sa diffamation et qu’elle est responsable de l’atteinte à sa réputation découlant du fait qu’elle livre des hyperliens vers des documents subsistant en ligne lui imputant des crimes qu’il n’a pas commis. Il demande une ordonnance permanente de mise sous scellés, de non-publication et de non-diffusion de toute information diffamatoire ainsi que toute information permettant de l'identifier.

Le demandeur doit démontrer que la publicité du procès et de l'action en justice qu'il vient d'intenter constituera un « risque sérieux ». À ce sujet, le Tribunal est d’avis qu’il y a lieu de distinguer ici les risques à l'honneur, la dignité et la réputation du demandeur de ceux pouvant atteindre son intégrité psychologique et sa vie privée. Le Tribunal constate que l'honneur, la dignité et la réputation du demandeur se trouvent davantage sauvegardés par la diffusion d'une conclusion ou décision judiciaire favorable et lui donnant raison à l'encontre de la diffamation alléguée, que par l'anonymat ou la banalisation de celle-ci. Les droits fondamentaux du demandeur ne seraient pas atteints par la divulgation de son nom ou encore des informations pertinentes à son dossier; au contraire, sa dignité, sa réputation et son honneur se trouvent avantageusement protégés, par la diffusion de l’information corrigeant l'apparente fausseté véhiculée sur Internet. C'est la publicité de la conclusion anticipée qui lui serait favorable, tout en dénonçant la page Internet en question, qui permettrait de rétablir son honneur, sa dignité et sa réputation, si jamais ces derniers ont pu être atteints d'une quelconque façon. Il serait paradoxal qu'une décision judiciaire reconnaissant et confirmant l'innocence du demandeur, ainsi que le caractère particulièrement abject du site web visé par le recours, demeure confidentielle alors que l'information sous jacente reste accessible sur la toile et puisse éventuellement réapparaitre et devenir disponible pour le commun des mortels. Le demandeur n’a donc pas réussi à passer l’étape du test en ce qui concerne les risques sérieux à son honneur, sa dignité et sa réputation.

Les mêmes commentaires ne s’appliquent pas nécessairement à la protection de l'intégrité psychologique et du droit à la vie privée du demandeur. Le Tribunal estime que les effets bénéfiques dépassent les effets préjudiciables dans la mesure où l'ordonnance en est une de non-publication et non-diffusion et qu'elle est limitée dans le temps afin de permettre au juge du fond de prendre la décision qui s'imposera dans les circonstances. Une telle conclusion constitue une limite raisonnable au principe de la publicité des débats judiciaires. En prenant pour acquis les risques d'atteinte aux droits et libertés fondamentaux du demandeur, soit son intégrité psychologique et sa vie privée, l'analyse des facteurs applicables et la pondération des intérêts en jeu militent uniquement en faveur d'une ordonnance de non-publication et non pas de mise sous scellé de ce dossier. Par ailleurs, le Tribunal rappelle que le redressement le plus important et le seul qui justifiera éventuellement l'octroi des dommages éventuels en faveur du demandeur ne saura être obtenu sans publiciser le débat et la conclusion judiciaires.

Recevabilité en preuve d’un enregistrement audio

Le Tribunal a soulevé d’office la recevabilité en preuve d’un enregistrement audio et sa transcription sténographique d’une évaluation médicale. Il a demandé au représentant du travailleur à ce qu’une preuve concernant l’authenticité de cet élément de preuve soit faite. Il est d’avis que le support ou la technologie du document que veut mettre en preuve le travailleur ne permet pas d’affirmer que son intégrité en est assurée. Le travailleur doit donc faire preuve de son authenticité afin qu’il soit admissible conformément à l’article 2855 du Code civil du Québec.

La production d’un enregistrement sonore impose à celui qui la demande l’obligation de faire la preuve de l’identité des interlocuteurs, de l’authenticité et la fiabilité du document et, enfin, de l’audibilité et de l’intelligibilité des propos. L’identité de l’un des interlocuteurs n’a pas été démontrée par une preuve rigoureuse, satisfaisante et suffisante. Il ne s’agit pas d’exiger une preuve hors de tout doute raisonnable mais le Tribunal doit exercer sa discrétion avec rigueur. Le seul élément sur lequel repose la preuve de l’identité du deuxième interlocuteur est le témoignage du travailleur, celui-là même qui désire déposer en preuve cet élément matériel et celui qui a intérêt à ce que celui-ci soit déclaré admissible. Aucun autre témoignage ou élément au dossier ne corrobore l’affirmation du travailleur. En l’absence de corroboration du témoignage du travailleur quant à l’identité du deuxième interlocuteur, celui-ci est insuffisant pour convaincre le Tribunal que la voix entendue sur l’enregistrement sonore est celle du médecin. La preuve quant à l’authenticité, l’intégralité et la fiabilité du document est également déficiente puisqu’elle repose sur le seul témoignage du travailleur. Le Tribunal déclare inadmissible l’enregistrement audio et sa transcription sténographique.

Admissibilité en preuve des données émanant d’un GPS

Le défendeur est accusé d’avoir circulé à une vitesse supérieure à la vitesse maximale permise, contrevenant ainsi aux dispositions de l’article 328 du Code de la sécurité routière. À titre de preuve contraire à l’encontre de la vitesse captée par un cinémomètre « Doppler », le défendeur veut introduire en preuve les données fournies par un système GPS qui enregistre non seulement la vitesse mais la position sur une carte du type « Google map ».

Le Tribunal est d’avis qu’il n’a pas une connaissance judiciaire du fonctionnement et de la fiabilité d’un appareil GPS. Pour que les données recueillies par ce genre d’appareil puissent être admissibles en preuve, il faut au préalable que l’on établisse son mode de fonctionnement, sa fiabilité et son bon fonctionnement au moment où on l’a utilisé. Il faut également démontrer la position du véhicule par rapport au dispositif de captation utilisé par le policier. Une telle preuve n’ayant pas été faite en l’instance, le Tribunal maintient l’objection de la poursuivante et ne permet pas le dépôt des données recueillies par l’appareil GPS du véhicule du défendeur pour le jour de l’infraction alléguée.

Conformité du prix annoncé sur des sites Internet avec l’art. 224 de la L.p.c.

Il s’agit d’une demande en autorisation d’exercer un recours collectif.

Le demandeur soutient que le prix de base annoncé apparaissant à la première étape de navigation des sites Internet de réservation de location de véhicules des défenderesses viole les dispositions de la Loi sur la protection du consommateur (L.p.c.) en ce que ce prix exclut des frais non optionnels, lesquels sont ultérieurement chargés au consommateur. Cette pratique violerait l’article 224 L.p.c. qui établit qu’un commerçant ne peut exiger un prix supérieur à celui qui est annoncé.

Certains éléments communs et certaines différences ressortent des étapes de navigation de chaque site Internet de réservation des défenderesses. En ce qui concerne Avis, Budget et Hertz, le premier prix qui apparaît sur l'écran est le prix de base. Ce prix n'est pas le prix total estimé que devra payer ultimement le consommateur s'il décide de signer le contrat de location. Un consommateur ne pourra jamais louer une voiture au prix de base qui apparaît en premier sur le site d'Avis, Budget et Hertz car, nonobstant les frais résultant des options choisies par le consommateur (tel GPS, assurance, siège d'enfant etc), des frais non optionnels s'ajoutent à une étape ultérieure au prix de base. En ce qui concerne Enterprise, incluant Alamo, la situation est différente en ce qu'un prix total incluant les frais non optionnels apparaît dès le départ à côté du prix de base, lequel demeure également indiqué tout au long de l'opération.

Les défenderesses font valoir que, selon l'article 224 L.p.c., le prix annoncé doit comprendre le total des sommes que le consommateur devra débourser pour l'obtention du bien. Or, dans le contexte d'une location de véhicule, ce prix sera obtenu uniquement après que le consommateur ait exercé son choix d'options. C'est ce que l'on appelle le prix total estimé, lequel apparaît clairement tant sur le site de réservation que sur le contrat de location.

Or, selon la jurisprudence, l’utilisation du terme « prix annoncé » à l’article 224 L.p.c. indique que le législateur a voulu couvrir toutes les formes de publicités, qu’elle soit promotionnelle ou informative. Il semble que le prix de base s’inscrit tant dans une démarche promotionnelle qu’informationnelle et que, par conséquent, il constitue une annonce au sens de l’article 224 L.p.c.

De plus, en affichant dans un premier temps un prix de base moins élevé que le prix total estimé, les défenderesses, Hertz, Avis et Budget cherchent à attirer et à inciter les consommateurs à poursuivre leur recherche sur leur site de réservation. Ultimement, si le consommateur y donne suite, c’est le prix total estimé qu’il devra payer. Il semble que ce soit une façon de promouvoir les produits offerts en location par les défenderesses. Il en est de même de la défenderesse Enterprise, sauf que dans sa publicité le prix total côtoie le prix de base.

Le Tribunal estime que le prix de base des défenderesses Avis, Budget et Hertz qui apparaît en premier lieu dans leur site Internet est un prix annoncé au sens de l'article 224 c) L.p.c. Il importe peu de savoir si des options seront ajoutées ou non au loisir du consommateur, le prix de base ne pouvant jamais être atteint, même dans l'éventualité où le consommateur désirerait louer un voiture sans ajouter d'options. C'est donc à la deuxième étape, si le recours est autorisé, que le juge devra déterminer si cette pratique contrevient à la L.p.c.

Mais la situation est différente en ce qui concerne Enterprise, incluant Alamo, puisque le prix total côtoie le prix de base tout au long du processus de réservation. Le prix total inclut les frais non optionnels et les taxes. La capture d'écran démontre que le prix total est clair et prédominant à chaque étape et que le consommateur est informé tout au long du processus de réservation du prix final qu’il devra acquitter.

Et cette pratique est conforme à l'article 54.4 e) L.p.c. qui oblige le commerçant avant la conclusion d'un contrat à distance à divulguer au consommateur une description détaillée de chaque bien ou service faisant l’objet du contrat, y compris ses caractéristiques et ses spécifications techniques. Bien que le contrat de location soit conclu en succursale, il a été démontré qu'à moins que le consommateur ne modifie ses options en succursale, le prix total estimé (prix de base, frais optionnels et non optionnels, taxes), qui apparaît sur le site de réservation Internet est le prix payé par le consommateur en succursale. Le fait que le prix de base s'affiche tout au cours de l'opération au côté du prix total estimé ne semble pas contraire aux dispositions de la L.p.c. Toujours en ce qui concerne Enterprise, le demandeur tente de démontrer que dans sa promotion « Weekend Special », Enterprise fait sa publicité en n'annonçant que le prix de base. Or, l'annonce indique un prix différent pour le Québec. En fait, le prix pour le Québec inclut les charges non optionnelles. Le Tribunal retient que chez Entreprise, incluant Alamo, le prix annoncé est le prix total qui apparaît au côté du prix de base. Tenant compte des allégations de la demande pour autorisation et des éléments de preuve au dossier, les faits ne paraissent pas justifier les fins recherchées.

Les défenderesses font valoir qu’un consommateur même crédule et inexpérimenté ne pourrait être leurré quant au prix étant donné que les conditions de location des véhicules sont aisément accessibles pour consultation en ligne au moment de la réservation et, en tout moment par la suite, y compris au moment de la formation du contrat lors de la livraison du véhicule.

Or, la Cour d’appel enseigne que, dans certaines circonstances, il n’y a pas lieu pour le juge de se livrer à cet exercice en présence de certaines pratiques interdites. Dans ce contexte, comme la contravention s'évalue de façon objective, les admissions d’un témoin qu'il avait accès au prix total estimé et à la ventilation de ses composantes et qu'il ne s'intéressait qu'au prix total estimé ne sont pas pertinentes pour les fins de la démonstration d'une faute de nature de celle du paragraphe 224 c) L.p.c. Il n'y a pas lieu non plus de considérer l’impression générale que l’ensemble du site peut laisser au consommateur crédule et inexpérimenté. Par conséquent, il appert que le demandeur a fait valoir des arguments sérieux quant à l'existence d'une faute au sens du paragraphe 224 c) L.p.c. eu égard aux défenderesses Avis, Budget et Hertz. Mais le Tribunal estime que le demandeur n'a pas démontré prima facie la commission d'une faute de la part d'Enterprise, incluant Alamo.

Quant aux allégations du demandeur que les représentations publicitaires des défenderesses sont fausses et trompeuses, elles sont vagues, générales, imprécises et relèvent de l’opinion. Chacun des sites des défenderesses permet d’accéder facilement aux définitions pertinentes des charges mais le demandeur n’a jamais cliqué sur les liens afin de s’informer de ce qu’étaient ces charges.

La demande en autorisation d’exercer un recours collectif est rejetée.

Sanction excessive – Publication non anonymisée d’une sanction de la CNIL sans fixation de durée – France

En raison d’un message électronique envoyé par le directeur du Théâtre national de Bretagne à certains abonnés de ce théâtre, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a prononcé, à son encontre, un avertissement et a ordonné que cette sanction fasse l’objet d’une publication sur le site Internet de la CNIL et sur le site Légifrance. La Cnil avait estimé que ce message avait le caractère d’une communication politique et que l’utilisation de ces adresses électroniques constituait un détournement de finalités.

Dans sa décision du 28 septembre 2016, le Conseil d’État confirme cette condamnation pour détournement de finalités mais estime que la publication non anonymisée de la sanction imposée à une entité corporative, sans fixation de durée et de façon non anonyme, sur les sites de l’autorité de contrôle et de Légifrance constitue une sanction excessive.

Le Conseil explique que lorsque la CNIL prononce une sanction complémentaire de publication de sa décision de sanction, une telle sanction doit respecter le principe de proportionnalité. La légalité de cette sanction s’apprécie, notamment, au regard du support de diffusion retenu et, le cas échéant, de la durée pendant laquelle cette publication est accessible de façon libre et continue.

En l’espèce, eu égard au retentissement causé par le courriel litigieux dans le débat politique local, la sanction complémentaire contestée, qui vise à renforcer le caractère dissuasif de la sanction principale en lui assurant une publicité à l’égard tant des destinataires du courriel que d’un public plus large, est justifiée, dans son principe, au regard de la gravité des manquements à la loi. Toutefois, si la délibération attaquée prévoit que cette publication est effectuée sur le site Internet de la CNIL et sur le site Légifrance, elle ne précise pas la durée de son maintien en ligne sur ces deux sites. En omettant de fixer la durée pendant laquelle la publication de l’avertissement resterait accessible de manière non anonyme sur ces deux sites, la formation restreinte de la CNIL doit être regardée comme ayant infligé une sanction sans borne temporelle. Dans ces conditions, la sanction complémentaire est, dans cette mesure, excessive.