IT.CAN Newsletter/Bulletin
June 14, 2017/14 juin 2017

Judicial Misunderstanding of Browser Technology Leads to Incorrect Conviction

Appellant has possession of child porn conviction overturned after two layers of court misunderstand caching

In R. v. M.N., the appellant had been convicted in 2009 of possessing child pornography, and his conviction in the trial court was upheld in the summary conviction appeal court. The appellant’s common law partner had found 55 child pornography images on their shared computer, in an Internet Explorer temp folder and on Google Desktop, and together they decided to call the police. The appellant admitted to accessing adult pornography but denied any knowledge of any child pornography and in particular denied downloading it. The couple’s 14-year old daughter testified that on one occasion, while accessing adult pornography on the computer, she had seen a child pornography pop-up but had simply closed the computer without downloading it. The appellant was convicted and sentenced to six months’ imprisonment (which he had served by the time of the appeal), as well as 10 years on the sex offender registry.

Much of the appeal turned on the Crown’s computer expert witness at the trial and how his evidence was interpreted. The expert had testified that cached files are created automatically upon accessing websites. The trial judge had rejected the appellant’s testimony that he did not know the files were on his computer, and held that the appellant had accessed the images on the internet. The judge then inferred—mistakenly, and clearly misinterpreting the expert evidence—that the file could not have come to be in the cache without some deliberate act on the part of the appellant. The appellant was convicted at trial and the conviction was upheld on appeal when the summary conviction appeals judge made the same mistake as that of the trial judge.

On appeal, the Crown consented to leave to appeal being granted and acknowledged that there was insufficient evidence that the appellant had intended to possess the images. Justice Weiler, for the court, reviewed the applicable law:

[20] The question of whether an accused person can be said to be in culpable possession of a cached visual depiction alone, while perhaps a live issue at the time of the appellant’s trial in 2009, was definitively answered by the Supreme Court of Canada in 2010. In Morelli, referenced above, Fish J. held, at para 19:

[P]ossession of an image in a computer means possession of the underlying data file, not its mere visual depiction. [Emphasis in original.]

[21] He explained, at para. 14:

In my view, merely viewing in a Web browser an image stored in a remote location on the Internet does not establish the level of control necessary to find possession. Possession of illegal images requires possession of the underlying data files in some way. Simply viewing images online constitutes the separate crime of accessing child pornography, created by Parliament in s. 163.1(4.1) of the Criminal Code. [Emphasis in original.]

[22] Fish J. concluded, at para 31, “Plainly, the mere fact that an image has been accessed by or displayed in a Web browser does not, without more, constitute possession of that image.” At paras. 35-36, he considered how the Court’s understanding of possession applied to files in an Internet cache as follows:

When accessing Web pages, most Internet browsers will store on the computer’s own hard drive a temporary copy of all or most of the files that comprise the Web page. This is typically known as a “caching function” and the location of the temporary, automatic copies is known as the “cache”.

On my view of possession, the automatic caching of a file to the hard drive does not, without more, constitute possession. While the cached file might be in a “place” over which the computer user has control, in order to establish possession, it is necessary to satisfy mens rea or fault requirements as well. Thus it must be shown that the file was knowingly stored and retained through the cache. [Emphasis in original.]

[23] After commenting that most computer users are unaware of the contents of their cache, how it operates, or even its existence, Fish J. held that absent that awareness, “they lack the mental or fault element essential to a finding that they culpably possess the images in their cache”: Morelli, at para. 37.

[24] Fish J. acknowledged that there could be rare instances where a person knowingly used the cache “as a location to store copies of image files with the intent to retain possession of them through the cache” (emphasis in original): Morelli, at para. 27. There is no evidence that this case is one of those rare instances. Thus, quite apart from the misapprehension of Ryder’s evidence, the existing jurisprudence would lead to the conclusion that the appellant was not guilty of possession of child pornography.

While effectively conceding the appeal on the possession conviction, the Crown nevertheless argued that a conviction should be entered for the offence of accessing child pornography, which in its view is a lesser included offence within the possession offence. Specifically the Crown argued that it is impossible to possess child pornography without accessing it, justifying considering the latter to be an included offence. Justice Weiler disagreed:

[37] For example, if someone downloaded child pornography onto a memory stick and gave that memory stick to the appellant, and the appellant knew the memory stick contained child pornography, the appellant would be in possession of child pornography. He would have knowledge of the contents of the memory stick and control over those contents; therefore the elements of possession would be satisfied. He would not be guilty of accessing child pornography because he has not viewed the images on the memory stick nor has he transmitted them to himself.

[38] As the above example illustrates, it is possible to possess child pornography without accessing it. The elements of the offence of accessing are not intrinsically embraced within the offence of possession.

[39] My conclusion is also consistent with Morelli, at para. 27, where Fish J. observed that “viewing and possession [of child pornography] should … be kept conceptually separate”. (emphasis added.)

In the end, neither entering a conviction for accessing nor amending the indictment to include the accessing offence, and sending the matter for a new trial, would be in the interests of justice. The trial judge’s misapprehension of the evidence might well have had an impact on the trial judge’s findings on the appellant’s credibility on the mens rea element of the possession offence, so a conviction was too dangerous. There was nothing to serve the public interest in having a new trial, given the length of time and the fact that the appellant had already served his sentence. The appeal was allowed and an acquittal entered.

A Social Media Substitute for Substituted Service

Nova Scotia court rules that for mortgage deficiency motions, unilateral e-notification constitutes proper service of documents (and substituted service not needed)

In CIBC Mortgages Inc. v MacLean, Justice Gerald Moir of the Supreme Court of Nova Scotia presided over a motion by the plaintiff mortgage corporation for a declaration that it had effected proper service upon the defendant. CIBC had foreclosed on the defendant’s mortgage and sold the mortgaged property, but was left with a deficiency of approximately $40,000 and obtained a default judgment against the defendant in that amount. As required under Nova Scotia’s civil procedure rules it then sought an order for assessment of the deficiency prior to enforcing the default judgment. At this point Rule 72.12(2) is engaged, which provides:

A mortgagee who makes a motion for a deficiency judgement against a party who has not designated an address for delivery must, unless a judge orders otherwise, given notice of the motion to the party in the same way a party is notified of a proceeding under Rule 31 – Notice, as if the notice of motion were an originating document.

This would ordinarily have required CIBC either to effect personal service of the motion documents on the defendant (whom it could not find) or seek an order for substituted service from the court in order to effect service. As Justice Moir noted, CIBC was “propos[ing] a more efficient and less costly approach” (para. 2): it sent the motion documents to an email address and a Facebook account both established by the evidence to belong to the defendant, and by mail to a possible employer of hers. It asked the court to hold that this amounted to sufficient service.

Justice Moir noted the use of the phrase “unless a judge orders otherwise” in Rule 72.12(2) and noted that this was framed in a very broad manner, giving a judge fairly wide discretion. He held that such discretion could be exercised in three circumstances:

  1. When substituted service would be ordered and the plaintiff has used reasonable substitutes as a judge would order;
  2. When the defendant’s use of social media with a private message component or of an email address is so well established and current that the court is confident documents sent there will be received by the defendant; and,
  3. When the defendant provides a method of delivery and states a preference for that kind of delivery over personal service.

In the midst of considering each of these Justice Moir made the following comments regarding the second:

[15] On the second kind of situation, Rule 31.10(2)(e) gives as an example of efforts when the defendant cannot be located, “performing searches on the internet”. This example is less than ten years old, but already it is outdated in failing to capture all that is now available for locating a person’s place of communication or their place of residence or employment through efforts on the internet. Also, Rule 31.10(4) says nothing specific on social media as a source for substitutes.

[16] Electronic communications of all sorts provide fertile territory for substitutes. As long as identity, regular use, and current use are proven these substitutes may be nearly as effective as personal service, without the embarrassment.

In this case the evidence brought the court “well within the bounds” of the second category, and thus there was no need for substituted service. The declaration was granted.

While this case to some extent involves specific aspects of the Nova Scotia Civil Procedure Rules, it may be useful to counsel in many jurisdictions as the phrase “unless a judge orders otherwise” is certainly a common one. The key point is that commonly-used internet- and social media-based modes of communication can, if used properly and convincingly underpinned by affidavit evidence, provide a means of serving documents on a party that can satisfy a judge in any situation where the applicable rules give him/her discretion to avoid the need for a substituted service motion. Arguably there was no reason for the court to distinguish the wording “searches on the internet” from elsewhere in rules from the kind of activity contemplated here, since the former is broad enough to capture the latter.

You Need to Read that Client Service Agreement…

Money transfer account hacking victim cannot recover from bank

In Du v. Jameson Bank, the plaintiff was the victim of fraud and lost a large sum of money from his wire transfer account with the defendant bank, which occurred when parties unknown hacked the Hotmail account which he used for communicating with the bank. He sued the bank, asserting a number of causes of action including breach of contract, breach of fiduciary duty, negligence and conversion. The bank in turn brought a motion for summary judgment, over which Justice Robert Beaudoin of the Ontario Superior Court of Justice presided, arguing that none of the causes of action were sustainable.

In opening the account the plaintiff had signed an application from which had attached to it a list of standard terms and conditions (which he stated that, in accordance with his usual practice, he didn’t bother to read). Among these were that: the bank was entitled to rely on electronic communications which appeared to be, and which the bank believed in good faith were, from the plaintiff; the bank was not liable for any losses save those caused by its wilful misconduct or gross negligence; and the plaintiff was required to maintain security systems around the account, including “keys, access codes, security devices and verification procedures.” The plaintiff chose to use his personal Hotmail email account to conduct wire transfers and acknowledged that he alone was responsible for the security of the account; he also changed his story regarding how often he changed the password for the account. The account was used by parties unknown to complete wire transfers to individuals in Singapore. The fraudulent transactions contained information which, based on previous transactions, the bank could safely have assumed could only have been known by the plaintiff, including references to his personal broker at Scotiabank.

In the ultimate result, the court dismissed each of the plaintiff’s claims as having no evidence to sustain it. The plaintiff was bound by the terms and provisions of his agreement with the bank despite his failure to read most of the terms, as was clear in Canadian contract law, and he knew he was obligated to maintain the security of his email account. The bank was entitled to rely upon the instructions it received via this account, and responsibility for all risks associated with communications rested with him. There was no negligence of any kind on the bank’s part as all of the information communicated to it quite reasonably appeared to be that of the plaintiff (and one notes parenthetically that the way in which the plaintiff gave, and changed, his evidence gave rise to several credibility problems).

On the conversion claim, the plaintiff argued that the emails providing instructions for the wire transfers were analogous to cheques, to which the tort of conversion applied. Justice Beaudoin dismissed this argument on the basis that an email is not “a chattel which can be negotiated from party to party,” which was the basis upon which a cheque can be converted. The motion for summary judgment was granted.

Anti-Spam Private Right of Action “On Ice”

Government suspends coming into force of controversial CASL provision to allow time for reflection, comment

As has been widely reported (see here, and here), in an Order in Council dated 7 June 2017 the federal government has repealed the part of a previous Order which set the private right of action under Canada’s Anti-Spam Law (CASL) as coming into effect on July 1st of this year. The precis of the Order sets out the rationale:

Order Amending Order in Council P.C. 2013-1323 of December 3, 2013 in order to delay the Coming into Force date of sections 47 to 51 and 55 of Canada's Anti-spam Law, which provides for a private right of action, in order to promote legal certainty for numerous stakeholders claiming to experience difficulties in interpreting several provisions of the Act while being exposed to litigation risk.

In a press release federal Minister of Innovation, Science and Economic Development Navdeep Bains commented:

Canadians deserve to be protected from spam and other electornic threats so that they can have confidence in digital technology. At the same time, businesses, charities and other non-profit groups should have reasonable ways to communicate electronically with Canadians. We have listened to the concerns of stakeholders and are committed to striking the right balance.

Probation avec condition d’accepter comme « amis » une personne désignée par le service de police

L’accusé a été reconnu coupable d’avoir sciemment proféré une menace de causer la mort ou des lésions corporelles à l’ensemble des policiers de Gatineau et d’avoir, dans l’intention de provoquer la peur chez un groupe de personnes ou le grand public en vue de nuire à l’administration de la justice pénale, fait usage de violence envers des personnes associées au système judiciaire. Le Tribunal doit déterminer la sentence à imposer à la suite de la commission de ces infractions.

Le Tribunal prononce une probation d’une durée de 3 ans dont 18 mois avec surveillance et les conditions imposées comportent celles d’accepter comme « amis » sur les réseaux sociaux une personne désignée par le service de police de Gatineau. S’ajoute aussi une interdiction d’utiliser tout ordinateur ou autre appareil permettant l’accès à Internet propriété d’un tiers. La sentence maintient une permission d’utiliser Internet et les réseaux sociaux mais à condition de permettre, en tout temps, à une personne autorisée désignée par le service de police de Gatineau de procéder à l’examen du contenu de tous les ordinateurs et autres appareils permettant l’accès à Internet qu’il possède ou utilise.

Conformité de l’inspection des rives au moyen de drones avec la protection des renseignements personnels

Le 5 août 2015, un article paru dans le Journal de Montréal révèle que la Ville de Québec utilise les services de la firme Dronexperts (l’entreprise) pour surveiller la bande riveraine du Lac Saint-Charles, et ce, au moyen d’un drone. À la suite de cet article, la Commission d’accès à l’information initie une enquête de sa propre initiative conformément aux articles 123 et 129 de la Loi sur l’accès. Cette enquête, menée par la Direction de la surveillance de la Commission, vise à s’assurer de la conformité des activités de la Ville de Québec avec les exigences prévues aux articles 63.1 et 64 de la Loi sur l’accès, plus particulièrement en ce qui concerne la cueillette, l’utilisation, la communication, la conservation et la destruction des renseignements personnels recueillis au moyen de drones en vue de surveiller l’érosion de la bande riveraine du Lac Saint-Charles.

La Ville doit démontrer que les objectifs poursuivis par la collecte d’images à l’aide de drones pour surveiller la bande riveraine du Lac Saint-Charles sont légitimes, importants, urgents et réels et que l’atteinte au droit à la vie privée que peut constituer cette collecte est proportionnée à ces objectifs. La Commission constate que l’objectif poursuivi par la Ville de Québec vise à contrôler la végétation et les fenêtres vertes (c.-à-d. « ouverture aménagée dans la berge à travers la végétation permettant une percée visuelle du lac ») et à renaturaliser la bande riveraine. Pour réaliser cet objectif, les employés de la Ville de Québec sont autorisés à examiner toute propriété immobilière et, de ce fait, à prendre, entre autres, des photographies des lieux visités. La Commission estime que cet objectif en est un « de sécurité et de santé publique afin d’assurer le maintien de la qualité de l’eau consommée par les citoyens de la Ville de Québec et de l’agglomération de Québec. En effet, le Lac Saint-Charles fournit environ 54% de l’approvisionnement en eau potable des 54 000 habitants de l’agglomération ». De plus, la Commission avance que « compte tenu de la situation critique de ce réservoir d’eau potable », la Ville de Québec se doit de vérifier le respect de l’application du Règlement. La Commission constate également qu’en procédant au survol de la bande riveraine du Lac Saint-Charles à l’aide de drones, la Ville de Québec peut augmenter le nombre d’inspections. Par conséquent, les objectifs poursuivis par la Ville en collectant des images à l’aide de drones pour surveiller la bande riveraine du Lac Saint-Charles sont légitimes, importants et réels.

Mais, advenant la captation d’images permettant d’identifier, même partiellement, une personne physique lors du survol de la bande riveraine du Lac Saint-Charles par des drones, la Ville de Québec et l’entreprise ont prévu une procédure de floutage et de destruction des images. La Commission observe que la Ville de Québec informe préalablement, par voie de communiqués dont elle a pris connaissance, les riverains du Lac Saint Charles du survol de ce dernier par des drones en précisant, entre autres, l’objectif poursuivi et le moment estimé auquel les drones survoleront la bande riveraine du Lac Saint-Charles ainsi que le nom et les coordonnées d’une personne à contacter pour toutes questions. De plus, la Ville de Québec et l’entreprise se sont dotées d’un calendrier de conservation des images captées par des drones lors du survol de la bande riveraine du Lac Saint-Charles. La Ville réévalue chaque année le besoin de reconduire ou non le survol de la bande riveraine du Lac Saint-Charles. Ainsi, la captation d’images à l’aide de drone est rationnellement liée à l’objectif poursuivi. La captation d’images à l’aide de drones est un moyen qui permet à la Ville de Québec de s’assurer du respect des dispositions du règlement en augmentant le nombre d’inspections tout en diminuant la charge de travail associée à ce type d’activité. L’atteinte au droit à la vie privée que peut constituer la captation d’images contenant des renseignements personnels par les drones est minimisée. La zone survolée par les drones, en l’espèce, est clairement définie par règlement et la Ville a pris des mesures pour limiter l’atteinte à la vie privée des riverains du Lac Saint-Charles en s’assurant qu’aucune image permettant d’identifier une personne physique ne lui est transmise ni n’est conservée par l’entreprise. En plus, les renseignements personnels recueillis sont détruits à la première occasion possible et ne sont donc pas communiqués à la Ville de Québec. Enfin, la Ville avise les personnes susceptibles d’être présentes lors la captation d’images par les drones. La Commission considère donc, en l’espèce, que l’atteinte au droit à la vie privée que peut constituer la collecte d’images à l’aide de drones utilisés par la Ville de Québec est proportionnelle à l’objectif poursuivi soit la surveillance de la bande riveraine du Lac Saint-Charles.

Absence de preuve prépondérante laissant douter de l’intégrité d’un document technologique

Dans le cadre d’une demande d’examen de mésentente concernant l’accès à tout document concernant le demandeur et détenu par l’entreprise, le demandeur soutient que l’entreprise n’a pas démontré, conformément aux dispositions de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information, que l’intégrité des copies des enregistrements des conversations téléphoniques déposées a été assurée et qu’elles n’ont pas été altérées. Il considère que son témoignage et l’enregistrement d’une conversation entre un représentant de l’entreprise et lui-même datant du 19 mai 2015 démontrent que l’enregistrement du 17 mai 2015 à 22 heures est incomplet. Il demande à la Commission d’ordonner le dépôt des disques durs de l’entreprise qui contiennent ces enregistrements afin d’avoir l’entièreté de la conversation téléphonique.

La Commission d’accès à l’information estime que l’écoute de l’enregistrement du 17 mai 2015 à 22 heures, de par son contenu (composition du numéro, salutations, conversation puis au revoir et son de la ligne qui se coupe), ne laisse pas croire que la conversation se soit poursuivie au-delà de ce qui est enregistré. Rien ne semble indiquer que l’enregistrement ait été modifié ou que des passages aient été supprimés. Le fil de la conversation est cohérent et il apparaît clairement à son écoute que le représentant de l’entreprise n’a pas l’intention de prolonger la conversation et ne souhaite pas élaborer sur les motifs du congédiement et sur les reproches de l’entreprise envers le demandeur. Le demandeur ne s’est pas acquitté de ce fardeau de démontrer au moyen d’une preuve prépondérante que l’intégrité du document que constitue l’enregistrement de la conversation a été affectée. La preuve prépondérante démontre plutôt que le document n’a pas été altéré et qu’il est complet. Par conséquent, la Commission considère qu’il n’est pas pertinent d’ordonner à l’entreprise de produire les disques durs contenant les enregistrements « originaux » de cette conversation téléphonique, comme le requiert le demandeur. Elle conclut donc qu’aucun élément de preuve ne permet de douter de l’affirmation de l’entreprise selon laquelle tous les renseignements personnels qu’elle détient au sujet du demandeur lui ont été remis, à l’exception de ceux dont l’accès est refusé en vertu de dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé.

Possible obligation d’un site de modifier rétroactivement un article

Dans le cadre d’une demande de rejet de la poursuite au motif que l’action est prescrite, le Comité de déontologie policière a rendu une décision dans laquelle il était mentionné que la demanderesse a été condamnée à neuf reprises pour voies de fait sur des policiers. Par la suite, le Comité rectifia sa décision afin de refléter le fait qu’elle a plutôt été condamnée à deux occasions et encore, que dans les deux cas, elle a obtenu du juge une absolution inconditionnelle. Le recours contre les journaux est prescrit en vertu de la Loi sur la presse. Mais la demanderesse modifie sa requête et allègue que le maintien de l’article original sur le site Canoë sans mention que cet article reproduit une décision du Comité de déontologie policière qui comporte une erreur importante de fait qui a depuis été rectifiée, constituerait une faute quotidienne susceptible de lui causer un dommage tout aussi continu, auquel cas, selon elle, son action ne serait pas prescrite.

Le Tribunal rappelle que le fait que le journaliste ait reproduit un des éléments mentionnés à la décision du Comité qui s’est avéré par la suite être inexact, ne constitue pas une faute. Un journal n’a pas l’obligation de suivre le sort des très nombreux jugements et décisions rendus au pays, et n’a donc pas l’obligation de tenir ses lecteurs informés d’un résultat différent un an ou, comme en l’espèce, d’une correction apportée à la décision six ans plus tard. Par contre, il est possible que l’exploitant d’un site Internet qui reçoit une mise en demeure, comme ce fut le cas en l’espèce, ait une obligation de retirer l’article visé ou d’ajouter à sa suite un avertissement quelconque ou un lien vers le jugement corrigé, à titre d’exemple. Dans l’éventualité où l’exploitant d’un tel site se voit imposer une telle obligation, il est loin d’être certain qu’il bénéficie des courtes prescriptions de la Loi sur la presse, que son défaut d’agir à la suite de la réception de la mise en demeure ne soulèvera pas sa responsabilité civile ou encore que le Tribunal n’ordonnera pas, dans le cadre de la demande d’injonction, la mise en place d’un remède quelconque. Mais ce n’est pas dans le cadre d’une demande préliminaire en rejet de l’action, sans une preuve plus élaborée, que de telles questions de droit doivent être tranchées.

Date de prise d’effet d’un avis de résiliation de bail par courriel

Les parties sont liées par un bail visant une chambre située dans une résidence privée pour personnes âgées. Respectivement les 22 et 23 avril 2015, la mandataire de la locataire envoie au locateur, par courriels, un « certificat de relocalisation » (qui atteste que la locataire satisfait aux conditions d’admission en CHSLD et que le transfert est nécessaire pour sa santé) puis l’avis de résiliation de bail signé, le tout à une adresse valide de courriel du locateur. Celui-ci nie la réception puisqu’il ne retrouve pas dans son dossier les documents mis en preuve envoyés par courriels.

Après analyse, le Tribunal est d’avis que la preuve démontre non seulement l’envoi d’un avis de résiliation anticipée du bail, mais également celui d’un document qui émane d’une personne autorisée de l’autorité concernée et qui inclut, à la fois, l’attestation et la certification requises. Le « certificat » atteste en effet que la locataire satisfait aux conditions d’admission en CHSLD et que la relocalisation est nécessaire pour sa santé à la suite d’une évaluation médicale et psychosociale. Relativement à l’envoi par courriel, le premier alinéa de l’article 31 de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information prévoit qu’« un document technologique est présumé transmis, envoyé ou expédié lorsque le geste qui marque le début de son parcours vers l’adresse active du destinataire est accompli par l’expéditeur ou sur son ordre et que ce parcours ne peut être contremandé ou, s’il peut l’être, n’a pas été contremandé par lui ou sur son ordre. » Le Tribunal conclut que l’opération d’envoi de l’avis de résiliation de bail et des documents nécessaires à son soutien est terminée le 23 avril 2015. Cette date est donc retenue. Compte tenu du fait que l’article 1974 du Code civil du Québec prévoit que la résiliation du bail devient effective deux mois après l’envoi de l’avis de résiliation, c’est la date d’envoi qui prime pour le législateur (et non celle de la réception par le destinataire) et qui marque le point de départ de la computation du délai applicable de deux mois.

Contrat de référencement sur le web

La demanderesse réclame au défendeur la somme de 1 176,46 $ pour des services de publicité et de référencement sur le Web. Le défendeur nie devoir cette somme et affirme qu’il n’a pas obtenu les résultats escomptés. Il qualifie le travail de la demanderesse de « mal fait ».

Le Tribunal conclut que le contrat intervenu avec la demanderesse ne fait état d’aucun objectif de performance. La demanderesse a une obligation de moyen. Rien dans la preuve présentée par le défendeur ne démontre que les services rendus par la demanderesse n’étaient pas adéquats ou différents de ce à quoi elle s’était engagée à faire. La réclamation est donc accueillie.

Pas d’obligation de classer les courriels de manière à en permettre l’accès

L’organisme public demande à la Commission d’accès à l’information l’autorisation de ne pas tenir compte de la demande d’accès, en vertu de l’article 137.1 de la Loi sur l’accès, puisqu’elle serait abusive par le nombre de documents qui y sont visés. Il ne serait pas capable de traiter les 31 000 courriels par intervenant et y répondre dans le délai de vingt ou trente jours prévu par cette loi, à savoir dans un délai raisonnable.

La Commission estime que la demande de l’intimé est d’une telle ampleur qu’elle est colossale. Elle est abusive par le nombre de documents visés par la demande, à savoir 31 000 courriels par intervenant, y compris les documents joints. Il est évident que la responsable de l’accès n’aurait pas été capable de la traiter dans un délai raisonnable sans paralyser les autres activités de l’organisme, et ce, même si elle avait été accompagnée d’une autre avocate à temps plein. Au surplus, pour procéder au traitement de cette demande, la responsable de l’accès devrait respecter toutes les étapes nécessaires, afin de s’assurer que les documents visés par la demande ne contiendraient que les renseignements accessibles en vertu de la Loi sur l’accès, ce qui est impossible dans les délais, considérant leur nombre.

L’intimé souligne que l’organisme aurait dû avoir un système de classement, en vertu de l’article 16 de la Loi sur l’accès, ce qui lui aurait permis de repérer facilement les documents visés par sa demande. La Commission reconnaît que selon cet article, un organisme doit classer ses documents afin de faciliter le repérage. Cependant, le système de classement n’est pas en jeu dans la présente cause. La preuve démontre plutôt l’impossibilité pour la responsable de l’accès de traiter la demande de l’intimé et de faire parvenir à celui-ci une décision, quant à l’accessibilité de près de 31 000 courriels par intervenant, dans un délai raisonnable, soit dans le délai de vingt ou trente jours, comme le prévoit la Loi sur l’accès. La Commission accorde l’autorisation d’ignorer la demande d’accès.

Ordonnance de retirer un article du web

Après avoir conclu au caractère diffamatoire d’un article de journal, le Tribunal ordonne de retirer du site ou de voir à ce que cesse d’apparaître sur le site Web du journal La Métropole.com ou sur tout autre site dont ils ont ou peuvent avoir le contrôle, l’article intitulé « Une infirmière bat sa mère et s’en tire ». Il ordonne aussi aux défendeurs de faire en sorte que tous les liens ou hyperliens se rapportant audit article soient rompus et que toute tentative de s’y référer soit rendue impossible à effectuer.

Synthèse des contentieux liés aux contrats informatiques – France et Belgique

Lorsqu’une entreprise fait appel à un prestataire IT pour s’informatiser, qu’il s’agisse d’acquérir du matériel (hardware), des logiciels (software), et/ou bénéficier de prestations accessoires (maintenance ou formation du personnel, par exemple), des difficultés peuvent survenir. Cette étude examine successivement le contentieux lié à la phase précontractuelle (jusque, et y compris, la conclusion du contrat en tant que telle), et le contentieux lié à l’exécution du contrat. Les auteurs sont partis du postulat que le contentieux s’inscrit dans une relation contractuelle B2B nouée entre un client « professionnel » et un prestataire (forcément professionnel). Lorsque le client est un « consommateur », des dispositions légales ou réglementaires additionnelles sont susceptibles de s’appliquer, pour assurer un niveau élevé de protection des consommateurs (interdiction des clauses abusives ou des pratiques commerciales déloyales, obligations d’information, exigences de forme, droit de rétractation, etc.).

Déréférencement de liens hypertexte vers des photos en ligne sans l’accord de l’intéressée – France

Le Tribunal de Grande Instance de Paris, dans une ordonnance de référé du 12 mai 2017 acquiesce aux demandes de déréférencement, sur le moteur de recherche Google, de liens renvoyant vers des images violant le droit à l’image d’une ex-mannequin. Celle-ci avait constaté la publication sans son autorisation sur différents sites Internet de photos d’elle. Le Tribunal a estimé que la femme avait un intérêt légitime à voir déréférencer des liens vers des clichés à connotation érotique car elle n’exerce plus la profession de mannequin. L’ordonnance de déréférencement est limitée à l’extension française du moteur de recherche car le droit à l’image présente des contours différents dans les autres pays de l’Union européenne.

Validité d’un site de référencement et de comparaison d’avocats – France

La Cour de cassation a invalidé des décisions d’instances inférieures interdisant à un site de proposer un comparateur des avocats qu’il référence. La Cour note que « les tiers ne sont pas tenus par les règles déontologiques de cette profession, et qu’il leur appartient seulement, dans leurs activités propres, de délivrer au consommateur une information loyale, claire et transparente ». Par contre, la Cour a validé les interdictions d’utiliser le nom de domaine « Avocat.net » de même que les slogans constituant des affirmations trompeuses au regard de la législation sur la protection des consommateurs.