IT.CAN Newsletter/Bulletin
July 21, 2016/21 juillet 2016

Federal Court of Appeal upholds decision against Bell Canada

CRTC decision affirmed principles of net neutrality in mobile applications

The Federal Court of Appeal has ruled that Bell Mobility violated the Telecommunications Act by offering a video streaming application outside of customers’ usual data rates and caps. Bell Mobility Inc. v. Klass was an appeal of a finding of the CRTC that found the Bell Mobility product and a similar one offered by Videotron to be unlawful. Bell Mobility launched Bell Mobile TV, a new product that would permit its existing mobile customers to stream up to ten hours of video for a flat rate of $5.00 per month, outside the customer’s existing data plans and data caps. Additional video content was available for $3.00 per hour. Videotron offered a similar product under the name illico.tv.

The case arose from a complaint that the practice was in violation of s. 27(2) of the Telecommunications Act, which provides:

“No Canadian carrier shall, in relation to the provision of a telecommunications service or the charging of a rate for it, unjustly discriminate or give an undue or unreasonable preference toward any person, including itself, or subject any person to an undue or unreasonable disadvantage.”

The CRTC had found that this section was violated. Media coverage referred to the CRTC Chairman’s take on net neutrality:

In a speech last year, CRTC chairman Jean-Pierre Blais commented on the case, stating it was “about all of us and our ability to access content equally and fairly, in an open market that favours innovation and choice.”

“It may be tempting for large, vertically integrated companies to offer certain perks to their customers, and innovation in its purest form is to be applauded,” Mr. Blais said. “But when the impetus to innovate steps on the toes of the principle of fair and open access to content, we will intervene. … We’ve got to keep the lanes of our bridges unobstructed so that everyone can cross.”

The CRTC and Court of Appeal decisions largely turned on whether this was a broadcasting activity under the Broadcasting Act because the Telecommunications Act provides that the Telecommunications Act does not apply to broadcasting by a broadcasting undertaking. The CRTC had found that, in this activity, Bell and Videotron were not acting as broadcasters:

22. In light of all of the foregoing, the Commission concludes that Bell Mobility and Videotron are providing telecommunications services, as defined in section 2 of the Telecommunications Act, and are operating as Canadian carriers, when they provide the data connectivity and transport necessary to deliver Bell Mobile TV and illico.tv, respectively, to their subscribers’ mobile devices. In this regard, they are subject to the Telecommunications Act. This is the case whether or not concurrent broadcasting services are also being offered.

The Court of Appeal framed the question thusly:

[50] The relevant question is whether the CRTC’s determination that, even though Bell Mobility was involved in broadcasting in carrying out certain activities, it was not broadcasting as a broadcasting undertaking in transmitting its programs, is reasonable. It is important to note that section 4 of the Telecommunications Act exempts an activity (broadcasting by a broadcasting undertaking), not a person or an entire undertaking.

The Court then went on to note that the activity in question was the transmission of programs:

[51] The activity that is in issue is the transmission of programs. Bell Mobility transmitted its mobile TV programs simultaneously with its voice and other data communications using the same network. The transmission of voice and non-program data to its customers is not “broadcasting” as they are not programs and therefore section 4 of the Telecommunications Act is not applicable to the transmission of that content. If the transmission of programs by Bell Mobility were to be treated as “broadcasting by a broadcasting undertaking”, then some of the transmissions made using the same network would be subject to the Broadcasting Act and other transmissions would be subject to the Telecommunications Act. In my view, it is a reasonable result that all transmissions by Bell Mobility would be subject to the same Act.

[52] In my view, this result is also reasonable based on the purposes of the two statutes. As noted by the Supreme Court of Canada in the ISP case, “the policy objectives listed under s. 3(1) of the [Broadcasting] Act focus on content, such as the cultural enrichment of Canada, the promotion of Canadian content, establishing a high standard for original programming, and ensuring that programming is diverse”. The policy objectives of the Telecommunications Act, as set out in section 7 of that Act, focus on the telecommunications system and the telecommunications service. Therefore, the focus of the policy objectives under the Telecommunications Act is on the delivery of the “intelligence” and not the content of the “intelligence”.

The standard of review for the CRTC’s decision was reasonableness, given that the CRTC was interpreting its “home statutes”. The Federal Court of Appeal found this interpretation of both Acts to be reasonable and the appeal was dismissed.

BC Court varies order to protect trade secrets in Delaware patent litigation

Letters rogatory implemented but varied to protect third party’s source code

In Google Inc. v. Mutual, the British Columbia Supreme Court considered an application to vary an order giving effect to letters rogatory issued to assist with Delaware patent litigation. The application was made by William Mutual, the target of the order, who sought additional protection for his trade secret interests.

The U.S. District Court in the District of Delaware had issued a letter of request to the British Columbia Supreme Court seeking to have a resident of that province, William Mutual, examined in an ongoing patent infringement case between YouTube, Google, Vimeo, and VideoShare. In the Delaware case VideoShare alleged infringement of its patent by Google and Vimeo. Google and YouTube argued that no infringement took place due to “prior art”: they alleged that another video system, the POPcast system, pre-dates VideoShare’s patent. Mr. Mutual was the founder of POPcast. His testimony and his records were of interest in connection with the defence brought by Google and YouTube. In their view, his testimony and records would support their position. An initial order was granted by Justice Harris, but Mutual applied to the court to vary the order to give additional protection to his source code. He sought to have it excluded from the order or that he be paid to redact his trade secrets.

On the application to amend the order, the Court summarized Mutual’s submissions at paragraph 15:

[15] Mr. Mutual deposes that the disclosure of what he terms “never-public back end Source Code files”:

would absolutely breach my trade secret rights. It would allow Google and VideoShare, as well as others to unfairly glean information on the many proprietary inventions that my companies and I have maintained as carefully guarded trade secrets for many years…

although the source code for the operation of these later video enterprises has changed such that their current code is not the POPcast code, the secret methods, innovations, networking controls, and other sophistications that apparently have still not been discovered by any others in the industry, could become known by competent video software or hardware engineers if they were somehow able to review the POPcast back end source code.

The Court reviewed the existing order and noted that it contained significant protections for Mutual’s trade secrets, including:

  1. the Source Code shall initially only be made available for inspection and not produced except in accordance with the order;
  2. the Source Code is to be kept in a secure location in the continental United States at a location chosen by the producing party at its sole discretion;
  3. there are notice provisions regarding the inspection of the Source Code on the secure computer;
  4. the producing party is to test the computer and its tools before each scheduled inspection;
  5. the receiving party, or its counsel or expert, may take notes with respect to the Source Code but may not copy it;
  6. the receiving party may designate a reasonable number of pages (the specifics I need not particularize in the reasons for judgment) to be produced by the producing party;
  7. onerous restrictions on the use of any Source Code which is produced;
  8. the requirement that certain individuals, including experts and representatives of the parties viewing the Source Code, sign a confidentiality agreement in a form annexed to the order;

The Court did, however, agree to vary the order to provide additional safeguards:

[35] Accordingly, now that the Source Code has been located, which is a material change in circumstances since the Order was made, I conclude that if the Order is varied to specifically incorporate the terms of the Protective Order, then reasonable safeguards will exist to protect any potential improper use of it or other trade secrets. It follows from this that the provision in para. 2 of the Order that Mr. Mutual deliver documents by a certain date to counsel, is vacated. Rather, inspection and production must be in accordance with the terms of the Protective Order which, I would add, may well have been Harris J.’s intent when the Order was made.

[36] The Order is also varied to provide that the secure location to be selected by the producing party, that is Mr. Mutual, can include British Columbia.

Canadian businessman with strong ties to Israel permitted to sue Israeli newspaper in Ontario

Undertaking to only seek Canadian damages and to pay witness expenses a factor

A majority of the Ontario Court of Appeal in Goldhar v. Haaretz.com has affirmed a decision that found a Canadian businessman could sue an Israeli newspaper in Ontario for defamation that took place via the newspaper’s website. The Court recited the background at the beginning of its judgement:

[2] In November 2011, an Israeli newspaper, Haaretz, published an article criticizing the management practices of Mitchell Goldhar, the owner of the Maccabi Tel Aviv Football Club, a soccer team based in Tel Aviv, that plays in the Israeli Premier League.

[3] Goldhar is a prominent Canadian businessman and lives in Toronto.

[4] In addition to being published in print, the article was available on the newspaper’s Hebrew and English-language websites. It came to the attention of some Canadian readers through the English-language website.

[5] The article asserted that Goldhar imported his management model from his main business interest – a partnership with Walmart to operate shopping centers in Canada – and that he “runs his club down to every detail.” It also included a suggestion that his “managerial culture is based on overconcentration bordering on megalomania” and questioned whether “his penny pinching and lack of long term planning [could] doom the [soccer] team.”

Haaretz brought a motion in the Ontario courts to have the action stayed on jurisdictional grounds. This application was dismissed and Haaretz appealed to the Court of Appeal. At the hearing of the original motion, the plaintiff agreed that he would only seek damages for harm to his reputation in Canada and that he would fund the travel costs of witnesses.

A two-to-one majority of the Court of Appeal dismissed the appeal. The Court of Appeal found that the motion judge did not err in finding the defendants failed to rebut the presumption of jurisdiction. Though the newspaper has a relatively small readership in Canada, the Court found that the subject matter of both the article and the action had a significant connection to Ontario:

[38] Contrary to Haaretz’s submissions, the subject matter of the article is not confined to a discussion of Goldhar’s business dealings in Israel or of the operation of Maccabi Tel Aviv. Rather, the article puts Goldhar’s Canadian connection front and center by acknowledging that he is a long distance operator and spends most of his time in Canada and by asserting that he imported his management model for Maccabi Tel Aviv from his main business interest, his Canadian shopping center partnership.

On the first part of the jurisdiction test established in Club Resorts Ltd. v. Van Breda, 2012 SCC 17, the Court did not find that motion judge erred in failing to find that Israel was a clearly more appropriate forum. An action in Israel was slightly more convenient based on the fact that most of the witnesses were there and the cost of travel to Canada (although Goldhar offered to fund travel), this was not sufficient.

In terms of applicable law, the Court found that the motion judge was correct to conclude that both lex loci delicti and the “most substantial harm” test favour a trial in Ontario: both the tort itself and the most substantial harm to reputation occurred in Ontario. His agreement to only seek damages for reputational harm in Canada supported this:

[88] Contrary to Haaretz’s submissions, in my view, the undertaking given by Goldhar in this case does not demonstrate that he is “forum shopping.” Rather, it confirms the significance to him of his reputation in Ontario and the importance to him of vindicating his reputation here.

With respect to juridical advantage, Goldhar argued that proceeding in Ontario would allow him two juridical advantages: (i) access to a jury trial, and (ii) the absence of a public figure defence that would be available to Haaretz in Israel. Haaretz argued that Israel’s defamation laws would be more advantageous to Goldhar than Ontario’s. While motion judge had concluded in favour of Ontario as a matter of juridical advantage, the Court of Appeal found that the loss of such an advantage was a neutral factor. Regardless, this error on the part of the motion judge did not have an effect on the overall conclusion of the court below.

On the question of fairness, Haaretz argued that it would be unfair for it to be sued in Ontario where the relative readership is miniscule compared to in Israel. The Court disagreed:

[104] I would reject Haaretz’s arguments. Read as a whole, the motion judge’s reasons demonstrate that he was well aware of the evidence concerning disparity in readership and of Haaretz’s arguments concerning the subject matter of the article and Haaretz’s connections to Israel. At the end of the day, what the motion judge considered important was that Goldhar lives and works in Ontario and that Haaretz chose to write an article about him impugning his management of an Israeli soccer team in a manner that implicated his Canadian business practices and integrity as a Canadian businessman. In these circumstances, the motion judge concluded it was no surprise – and not unfair – that Goldhar would choose to vindicate his reputation in Ontario. I see no basis on which to interfere with this conclusion.

The majority of the Court of Appeal dismissed the appeal.

Microsoft wins latest round in warrant battle over user data in Ireland

Court of Appeal determines that Congress did not intend for the Stored Communications Act to have extraterritorial effect

In a closely followed case, the United States Court of Appeals for the Second Circuit has granted Microsoft’s appeal regarding a search warrant respecting user information stored on a server in Ireland. The warrant was issued under the Stored Communications Act (SCA) and had previously been upheld in hearings before the magistrate judge who issued it. An appeal brought before the Chief Judge also upheld the warrant.

The Court of Appeal decision turned on the question of whether the SCA was intended by Congress to have extraterritorial effect and the important distinction between a warrant and a subpoena in the statute. From page 6 of the decision:

Rather, in keeping with the pressing needs of the day, [with the SCA] Congress focused on providing basic safeguards for the privacy of domestic users. Accordingly, we think it employed the term “warrant” in the Act to require pre‐disclosure scrutiny of the requested search and seizure by a neutral third party, and thereby to afford heightened privacy protection in the United States. It did not abandon the instrument’s territorial limitations and other constitutional requirements. The application of the Act that the government proposes ― interpreting “warrant” to require a service provider to retrieve material from beyond the borders of the United States ―would require us to disregard the presumption against extraterritoriality that the Supreme Court re‐stated and emphasized in Morrison v. National Australian Bank Ltd., 561 U.S. 247 (2010) and, just recently, in RJR Nabisco, Inc. v. European Cmty., 579 U.S. __, 2016 WL 3369423 (June 20, 2016). We are not at liberty to do so.

The government emphasised that there is a long line of authority in U.S. law to require the subject of a subpoena to acquire and deliver records that are stored outside of the country. The Court of Appeal, however, focused on the fact that the SCA provides for both subpoenas and warrants, and these records would require a warrant. The effect of a warrant, where a service provider is compelled to produce the records rather than authorizing a traditional search of premises by a law enforcement officer is addressed on page 29:

Furthermore, contrary to the Government’s assertion, the law of warrants has long contemplated that a private party may be required to participate in the lawful search or seizure of items belonging to the target of an investigation. When the government compels a private party to assist it in conducting a search or seizure, the private party becomes an agent of the government, and the Fourth Amendment’s warrant clause applies in full force to the private party’s actions.

Given the SCA’s focus on protecting privacy, the fact that Congress did not expressly state that it was to be applied extraterritorially and that it would require Microsoft to act as an agent of the U.S. government outside of the country, the Court of Appeal granted Microsoft’s appeal and set aside the warrant.

It seems likely that the U.S. Government will seek to appeal this to the United States Supreme Court.

Rendre disponible un bulletin de paie sous forme électronique n’équivaut pas à le « remettre » au salarié

En vertu de l’article 2 de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information (LCCJTI), l’employeur peut utiliser le support ou la technologie de son choix pour transmettre à ses employés leur bulletin de paie. Mais cela « dans la mesure où ce choix respecte les règles de droit ». Or, les articles 28, 29 et 31 de cette loi signifient qu’un document technologique est valide lorsque le destinataire accepte de le recevoir sous cette forme et que le document lui est envoyé à l’adresse électronique à laquelle il accepte de le recevoir. L’article 46 de la Loi sur les normes du travail impose à l’employeur de « remettre » à ses employés leur bulletin de paie et non pas à le leur rendre accessibles. Par conséquent, l’employeur souhaitant remettre à ses employés une version électronique de leur bulletin de paie ne peut le faire que moyennant leur consentement. Cela ne peut être transmis qu’à l’adresse de leur choix. Sinon, le document doit leur être transmis sous format papier.

Pour les salariés acceptant de recevoir leur bulletin de paie sous forme électronique sur leur page personnelle du site Internet de l’employeur, le document est donc, selon l’article 31 de la LCCJTI, présumé transmis et est en cela conforme aux exigences de l’article 46 de la Loi sur les normes du travail. Mais cette présomption n’existe pas pour les salariés qui refusent de recevoir leur bulletin de paie sous forme électronique. En ce cas, l’envoi de ce bulletin sous forme électronique contrevient aux exigences de l’article 46 de la Loi sur les normes du travail puisque dans un tel cas, l’employeur ne leur « remet » pas le bulletin mais ne fait que le leur rendre accessible.

Décisions consignées dans une banque de données : document technologique public accessible

La Commission d’accès à l’information révise le refus de la Régie du logement de donner accès à sa Banque de références juridiques (BRJ), qui contient les décisions de l’organisme avant 1999, au motif qu’il s’agit d’un outil interne au service des membres décideurs de l’organisme et qui n’a pas un caractère public. La demanderesse veut avoir accès à la BRJ et plus précisément à la version électronique des décisions dans une banque permettant de faire des recherches.

Le litige relève du mode d’exercice du droit d’accès et non pas du droit d’accès lui-même. La Commission constate que la BRJ est un document technologique contenant des informations structurées et intelligibles. Ce sont des reproductions de documents qui ont un caractère public et aucune restriction à leur accessibilité n’a été soulevée. La Loi sur l’accès prévoit que l’accès à cette banque de données se fait par consultation sur place. Une copie sur un support électronique permettrait également à l’organisme de satisfaire à la demande d’accès. Les articles 10 à 13 de la Loi sur l’accès permettent au demandeur d’accès de choisir comment il exercera son droit d’accès et que ce droit peut s’exercer à distance. Mais ces dispositions ne permettent pas à un requérant d’exiger de verser la BRJ dans la banque centrale des décisions de la Régie ou de permettre à la demanderesse de faire des recherches dans le BRJ. Ces dispositions permettent de consulter sur place les décisions contenues dans une banque de données. Il appartient à l’organisme de moduler l’application des articles 11 et 13 de la Loi sur l’accès pour permettre à la demanderesse de consulter sur place la banque demandée ou de lui fournir une copie de cette banque ou une copie des décisions demandées en format électronique. La demanderesse ne peut dicter à l’organisme la manière dont il devrait diffuser ses décisions. C’est l’organisme qui choisit le moyen de faire connaître sa jurisprudence.

Ordonnance de remettre des documents technologiques aux mains d’un expert

La demanderesse demande une injonction interlocutoire pour ordonner aux défendeurs de ne pas détruire les documents pertinents et de donner accès à tous leurs appareils et comptes électroniques pour que l’expert de la demanderesse fasse une copie miroir de certains documents, le tout dans le but de préserver la preuve.

L’obligation de préserver la preuve pour les parties est comprise dans le devoir de coopération énoncé à l’article 20 C.p.c. En plus, le premier paragraphe de l’article 251 C.p.c. prévoit spécifiquement qu’une partie qui détient un élément matériel de preuve a l’obligation de le préserver. La préservation de la preuve n’équivaut pas à sa communication. Le but de préserver la preuve est plutôt de s’assurer qu’elle sera disponible pour être communiquée. Lorsqu’un tiers détient un document ou un élément matériel de preuve, le deuxième paragraphe de l’article 251 C.p.c. prévoit que le Tribunal peut lui ordonner « d'en donner communication, de le présenter aux parties, de le soumettre à une expertise ». En l’espèce, les ordonnances recherchées visent la préservation de la preuve et non sa communication. La copie miroir de l’expert prévue à la deuxième ordonnance doit rester entre ses mains et n’est pas communiquée à la demanderesse sans une autorisation subséquente du Tribunal. L’utilisation de l’article 251 C.p.c. pour obtenir accès à un ordinateur de la partie adverse est possible. Surtout lorsque la partie est à la recherche de documents supprimés. Dans ce cas, il est plus facile de conclure que l’ordinateur est un élément matériel de preuve. L’article 251 C.p.c. est une démarche particulière qui se situe à l’intérieur du processus ordinaire de communication de preuve, soit les interrogatoires préalables à l’instruction. Il faut donc l’utiliser à l’intérieur de ce système. La partie doit d’abord essayer d’obtenir les documents par les moyens prévus au Code. Par exemple, dans un dossier impliquant les livres comptables plutôt que des ordinateurs, le Tribunal a ordonné la remise de l’ensemble des documents à l’expert du demandeur lorsque les tentatives du demandeur d’obtenir les documents par interrogatoire se sont avérées infructueuses en raison du comportement du défendeur et ses tentatives d’épurer et de cacher des documents et de ne pas répondre aux engagements. Tout en reconnaissant que les défendeurs sont présumés de bonne foi et qu’ils contestent vigoureusement les allégations de la demanderesse, le Tribunal conclut que celle-ci a droit à l’ordonnance recherchée afin de pousser plus loin ses démarches pour obtenir la preuve.

Utilisation non fautive d’une image sur les réseaux sociaux

Le litige trouve sa source dans un évènement survenu en juin 2015 entre deux artistes de la scène. À ce moment, la demanderesse a constaté que les défenderesses utilisaient des œuvres artistiques, des photos ou des vidéos puisés sur sa page Facebook, et ce, afin de l’abaisser et l’humilier sur les réseaux sociaux. Une photo de la demanderesse a été utilisée sur la page Facebook de la défenderesse Brochu sans l’autorisation de la demanderesse. La défenderesse invoque comme motivation le fait que la demanderesse l’avait auparavant dénigrée sur les réseaux sociaux.

Le recours de la demanderesse repose essentiellement sur l’utilisation par Mme Brochu, sur sa page Facebook, d’une photo d’elle, tirée de sa propre page Facebook ou de son site Internet. La photographie de la demanderesse reproduite est accompagnée d’un texte dans lequel Mme Brochu reproche à la demanderesse de la copier tant sur le plan artistique (chansons) que sur le plan personnel (vêtements, biographie, etc.). Ce montage photographique représente la photo de la demanderesse à côté de celle de Mme Brochu, pour l’audition de l’émission La Voix. La parution de ce montage sur la page Facebook de la défenderesse a duré une heure trente. Il ressort aussi de la preuve que l’utilisation de la photographie de la demanderesse n’a pas été faite pour l’humilier ou pour la dénigrer, mais pour faire une mise au point sur un parallèle dans la carrière artistique des deux chanteuses, dont l’apparence physique comporte certaines ressemblances. Le Tribunal conclut que la demanderesse a tacitement consenti à ce que sa photographie publiée sur sa page Facebook et/ou son site Internet fasse partie du domaine public et qu’elle puisse donc être utilisée sans son autorisation. L’utilisation qu’en a faite la défenderesse n’humilie pas la demanderesse.

Photos publiées sans droit sur Internet

Un photographe professionnel réclame d’être indemnisé pour l’utilisation sans droit de six photos publiées sur le site Internet de la défenderesse en violation de son droit d’auteur. Celle-ci allègue sa bonne foi et qu’elle ignorait le droit d’auteur pouvant s’appliquer à ces photos. Elle a fermé son site dès la réception de la mise en demeure. À ce moment, le site avait reçu 39 visites. Aucun revenu n’a été tiré de l’utilisation du matériel du demandeur. Le Tribunal constate que la violation a été commise à des fins non commerciales, de bonne foi et de courte durée. La défenderesse a reconnu le droit du demandeur dès qu’elle a reçu la mise en demeure. Il n’y a pas de préjudice réel d’établi. Le Tribunal fixe à 300$ par photographie l’indemnité à être versée.

Avis transmis par message texte

Il s’agit d’une objection de la locatrice quant à la preuve de réception d’une mise en demeure. L’avis a été transmis par la locataire au moyen d’un message texte à partir de son téléphone.

La preuve d’envoi de ce message texte constitue un document technologique au sens de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information. Conformément à l’article 2838 C.c.Q., un tel document fait preuve de son contenu si son intégrité est assurée. Or, l’intégrité de ce document est assurée et il est possible de vérifier si les données ont été altérées. En l’espèce, le téléphone utilisé pour transmettre le message a été exhibé de même que la copie papier du message. Cela a permis de vérifier l’intégrité des données.

Logement loué sur AirBnb – Changement de destination

Le locateur demande au Tribunal de résilier les baux pour changement de destination des lieux loués non prévu au bail et négocié entre les parties. Il a découvert que le locataire louait les logements à des gens de passage selon la formule Airbnb. L’assureur du locateur a mis fin à sa police et celui-ci a été forcé de chercher couverture auprès d’un autre assureur, mais à un prix beaucoup plus élevé, les logements étant considérés comme des lieux commerciaux.

Le phénomène de la transformation de logements résidentiels en site de location de type Airbnb est relativement récent, mais a toutefois fait l’objet de décisions du tribunal. Après analyse et délibéré, le Tribunal conclut que le locataire a changé la destination des lieux loués en cours de bail. Ce changement cause au locateur un préjudice sérieux tant au point de vue de ses assurances dont la prime a plus que doublé que par le va-et-vient des touristes et leur négligence dans la tenue des lieux loués en plus du dérangement pour le locataire légitime qui occupe encore l’immeuble. Partant, le locateur est bien fondé de se prévaloir de l’article 1863 C.c.Q. afin de réclamer la résiliation des baux. Au chapitre des dommages moraux, si le stress du locateur n’est pas démontré, il est certain que les agissements du locataire et ses répercussions sur l’état des lieux et des inconvénients que doit subir le locateur pour faire respecter le caractère résidentiel de son immeuble sont avérés. Pour ces motifs, le Tribunal accorde au locateur une somme de 2 000 $ pour dommages moraux. Par contre, le tribunal juge la demande du locateur prématurée quant aux dommages matériels qu’il juge insuffisamment déterminés. En effet, bien que la preuve démontre que le locateur a été contraint de payer une somme additionnelle de 2 610,81 $ afin de maintenir une assurance sur sa propriété qualifiée de commerciale en raison de l’usage qu’en a fait le locataire, il est évident qu’à la suite de l’éviction des locataires, le locateur sollicitera une nouvelle assurance, résidentielle cette fois. Sa prime devrait alors être diminuée.

Distinction entre recevabilité de documents intègres et valeur probante de ceux-ci

Le plaignant conteste son congédiement. L’employeur lui reproche d’avoir utilisé son ordinateur et son courriel à des fins personnelles. Le contenu de l’ordinateur de l’employé est donc une preuve pertinente. Mais le syndicat s’objecte à la production de tous les documents qui ne peuvent être vérifiés ou validés, c’est-à-dire qui ne sont pas supportés par une capture d’écran. Comme certaines descriptions dans la liste des documents ne correspondent pas à la capture d’écran prise à la même heure, on ne peut avoir l’assurance que les descriptions ont été sélectionnées en fonction des captures d’écran. L’arbitre rejette cette objection.

Les parties s’entendent sur le fait que le contenu de l’ordinateur est un document technologique. Au sens de l’article 4 de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information, l’ensemble de documents contesté doit être considéré comme une compilation de plusieurs documents technologiques qui gardent leur caractère distinct malgré leur regroupement en un seul document sur support papier.

Il faut faire la distinction entre la recevabilité d’un document dont on est assuré de l’intégrité et sa valeur probante, qui elle doit être analysée avec l’ensemble de la preuve. Par conséquent, décider que des documents sont intègres parce qu’ils n’ont subi aucune altération est une démarche différente de celle qui consistera à déterminer si ceux-ci établissent ou non les faits reprochés à l’employé.

Courriels et inscriptions sur Facebook comme éléments de la possession d’état

Le demandeur requiert du Tribunal une déclaration à l'effet qu'il n'est pas le père de l'enfant X, une ordonnance pour qu'une correction soit apportée aux registres de l'état civil et plus particulièrement au certificat de naissance de l'enfant sur lequel apparaît son nom, et pour que dorénavant, le nom de l'enfant apparaissant sur le certificat de naissance soit modifié.

Le Tribunal rappelle que l’article 523 C.c.Q. prévoit que la filiation se prouve par l'acte de naissance, quelles que soient les circonstances de la naissance de l'enfant et qu'à défaut de ce titre, la possession constante d'état est suffisante. L'acte de naissance établit que le demandeur est le père de l'enfant, mais ce dernier soutient que les faits mis en preuve ne démontrent pas une possession constante d'état conforme à cet acte de naissance. À ce titre, il lui appartient d'en faire la démonstration, le fardeau de preuve reposant sur ses épaules. Or, plusieurs photos de l'enfant furent prises, d'abord avec les parties lors d'une séance de photos chez un photographe professionnel, ainsi qu'en compagnie du père du demandeur et d'autres membres de sa famille, à l'occasion de rencontres familiales. Certaines de ces photos sont d'ailleurs affichées sur la page Facebook du père du demandeur où il apparaît posant avec fierté, l'enfant dans ses bras. Les courriels que s'échangent les parties sont aussi révélateurs de la relation qui peut exister entre le demandeur et l'enfant. Le Tribunal rejette donc sans frais la demande de contestation d’état.

Statut Facebook comme élément d’une preuve prépondérante

Le requérant conteste la décision du ministre de cesser de lui verser l’aide prévu selon la Loi sur l’aide aux personnes et aux familles et de lui réclamer le remboursement de sommes qui auraient été payées en trop. Le ministre soutient que, pendant la période concernée, le requérant vivait avec madame comme conjoints et que la conjointe dispose de ressources suffisantes pour faire vivre le couple. Le requérant soutient que la vie de couple est terminée et que madame est simplement pensionnaire. La preuve prépondérante révèle qu’aux dates pertinentes, ils sont conjoints. Dans les pages de Facebook, le requérant apparaît comme conjoint. Il n’y a pas de preuve indépendante soutenant le point de vue des requérants quant à la colocation.

Une vidéo contradictoire sur le compte Facebook d’un travailleur constitue un motif rationnel de commander une filature pour l’employeur

Après qu’elle ait reçu l’attestation médicale selon laquelle le travailleur était mis en arrêt de travail complet, la représentante de l’employeur décide de vérifier s’il est actif sur les réseaux sociaux et découvre sur son compte Facebook une vidéo où il apparaît en compagnie de sa famille lors d’une fête de Noël. À son avis, il ne semble nullement souffrant et elle s’explique mal comment il ne peut occuper aucun travail léger en regard de ce qu’elle voit sur la vidéo. Elle décide alors de commander une filature du travailleur. Le Tribunal soulève d’office l’admissibilité en preuve de cette vidéo de surveillance et du rapport de filature concernant le travailleur.

Pour le Tribunal, lorsque la représentante de l’employeur visionne la vidéo Facebook sur laquelle le travailleur apparaît à son avis non souffrant, cela suffit pour qu’elle doute de l’honnêteté de son comportement et ainsi constituer un motif rationnel de commander une filature. Il existe entre ce qui peut être vu sur la vidéo Facebook et les prétentions du travailleur des contradictions ou des incohérences suffisamment importantes pour déclarer que l’employeur avait des motifs rationnels pour commander la surveillance et la filature. De plus, la source de renseignements est fiable puisque le travailleur a reconnu avoir publié lui-même sur son compte Facebook les images qui ont déclenché la procédure de filature. En ce sens, il ne peut se plaindre puisqu’en agissant ainsi, il ouvrait la porte en quelque sorte à des questionnements légitimes de la part de l’employeur. Le profil étant public, il ne peut prétendre à une atteinte à sa vie privée.
Le Tribunal ne décide pas du fond du dossier, notamment si un accident du travail est survenu ou non. Le travailleur aura le loisir de démontrer, comme il le prétend dans son argumentation, que les postures qui ont été vues dans la vidéo Facebook n’étaient pas en contradiction avec sa condition physique du moment. Toutefois, à l’étape de décider de l’admissibilité de la filature cela suffit à déclarer que l’employeur avait un motif raisonnable de douter de l’honnêteté du comportement du travailleur.

La surveillance a aussi été conduite par des moyens raisonnables. Lorsque l’employeur visionne la vidéo Facebook, il était en droit de s'interroger sur l’honnêteté du comportement du travailleur. De l’avis du Tribunal, il n’avait pas d’autres moyens moins intrusifs que la surveillance de ce dernier pour s’en assurer. D’autant que la majorité de la surveillance a été faite dans des lieux publics donc de la manière la moins intrusive possible dans les circonstances.
Le Tribunal est d’avis qu’il y a eu atteinte à la vie privée du travailleur lorsqu’il a fait l’objet d’une surveillance et d’une filature mais cette atteinte était justifiée puisque l’employeur avait des motifs rationnels avant cette surveillance pour commander une filature qui a été conduite par des moyens raisonnables. La preuve de la filature et les rapports qui l’accompagnent sont ainsi admis. Vu ces conclusions, il n’y a pas lieu d’analyser si le fait d’admettre cette preuve déconsidère l’administration de la justice.

Admissibilité d’une vidéo de filature

Dans le cadre d’un grief contestant un congédiement au motif que la travailleuse aurait simulé un malaise afin de toucher des prestations, le Tribunal doit décider si l'arbitre a appliqué avec justesse les principes juridiques pour écarter la preuve vidéo d’une filature.

Tous conviennent que la filature a été menée de la façon la moins intrusive possible. L'employeur reproche à l'arbitre d'avoir conclu qu'il n'avait pas de motifs suffisants pour mettre en doute l'honnêteté du comportement de l'employée, et ainsi justifier sa filature. L’employeur a fondé sa décision de demander une filature sur les observations de même que sur l’opinion professionnelle de son médecin. Bien que le médecin traitant de la salariée conclue à une capsulite, le médecin de l’employeur constate que la salariée effectue des mouvements incompatibles avec un tel diagnostic. Son examen confirme ensuite la probabilité sérieuse que la salariée exagère ses symptômes. De plus, la salariée a déjà été impliquée dans une situation où ses symptômes auraient été remis en doute. Ces éléments constituent des faits observables pouvant fonder une croyance honnête et sérieuse que la salariée exagère les limitations qu’elle décrit. Considérant l’ensemble des circonstances, le Tribunal conclut qu'une personne raisonnable et bien informée considèrera favorablement une administration de la justice qui permet la découverte de la vérité. Ici, la considération de la vidéo contribue à établir les réelles capacités et limitations de la salariée, un élément au cœur du litige. L'admission en preuve de la vidéo n'est donc pas susceptible de déconsidérer l'administration de la justice.

Big Data et analyse prédictive

L’auteur examine les difficultés que pose l’analyse prédictive à partir de masses de données (big data) de même que la qualification juridique des prédictions ainsi obtenues.

  • Bruno Provencher-Bordeleau, « Big Data et analyse prédictive : un nouveau genre de renseignements personnels ? », Technologies de l’information en bref, no. 13, mai 2016, 2-6.

Droit à l’oubli et censure des archives de presse – France et Belgique

L’auteur examine le raisonnement de la Cour de Cassation belge et de la Cour de cassation française au sujet du sort de demandes de faire supprimer des informations licitement publiées dans les médias au nom du « droit à l’oubli ». Alors que la juridiction belge, évaluant la valeur de l’information publiée il y a plusieurs années, conclut qu’il est adéquat de censurer les archives d’un journal, la Cour française s’y refuse.